• Archives pour l'Étiquette leadership
  • Votre style de leadership convient-il dans votre entreprise?

    style de leadership

    Lorsque vous occupez un poste de responsabilité comme celui de chef d’entreprise, il y a automatiquement une question essentielle que vous devriez normalement vous poser : il s’agit se savoir quel style de leadership vous devriez adopter pour diriger au mieux votre entreprise.

    Hormis le fait que ce qui fait un bon leader soit un ensemble de qualité personnelles(innées) et de compétences relationnelles, il m’est paru nécessaire d’attirer votre attention sur le fait qu’il est important de mieux vous connaitre pour découvrir et adapter le style de leadership qui conviendrait dans votre charge de chef d’entreprise.

    Pour se faire, j’ai répertorié 6 styles de leadership, 6 approches différentes qui pourraient vous éclairer davantage sur le sujet. Tout en précisant que ces différents styles ne sont pas exclusifs, mais au contraire des tendances à combiner pour devenir un bon leader.

    Le leader de Direction

    Celui-ci ressemble beaucoup au modèle archaïque du chef. C’est un style de leadership autoritaire, qui laisse peu de place aux initiatives. Le leader directif n’a pas réellement  une vision, ou alors il l’explique très peu. Il fonctionne beaucoup par des injonctions et dirige ses collaborateurs en leur confiant des tâches concrètes plutôt que de regarder la vision d’ensemble.

    Ce genre de leadership a un impact négatif sur les équipes car celles-ci ne sentent pas la confiance du chef à leur endroit et ne comprennent pas le sens de leur travail dans la mesure où celui-ci est constamment derrière eux.

    Néanmoins, ce style a quand même des avantages : Le chef a le contrôle direct sur ses équipes et peut obtenir des avancées significatives s’il est bien suivi. Par contre, si ce style est utilisé avec trop d’énergie, il engendrera une résistance passive du collaborateur et il ne sera pas efficace dans des situations complexes faisant appel à la créativité. Il restera efficace en cas de crise, quand il faut être dur avec les collaborateurs qui posent problème (qui se relâchent dans leur tâche).

    Le conseil que je peux donner, c’est d’utiliser ce style par petites touches et de façon directe, avec certaines personnes  et/ou à certains moments.

    Le leader chef de file

    Il est beaucoup moins exigeant  que le précédent mais tout comme lui, reste centré sur les tâches que sur la vision d’ensemble. Il poursuit l’excellence tout en montrant lui-même l’exemple. Il attend que ses équipes fassent comme lui. Pour cela, il donne le rythme à suivre mais il manque de patience avec les moins performants.

    En général, les effets sur les collaborateurs sont négatifs car seuls qui parviennent à le suivre peuvent garder toute leur motivation. Les autres risquent de se décourager, se démotiver avec l’impression de ne pas être à la hauteur.

    Comme tout style, il a quand même ses avantages : si les gens le suivent, il obtiendra les résultats qu’il attend. Mais dans le cas contraire, il reprend les tâches à son compte, d’où un surcroît de travail et un obstacle pour favoriser la montée en compétence des équipes.

    Le conseil que je vous donne est que ce style peut permettre d’obtenir des résultats d’une équipe très motivée et compétente. Mais il faut utiliser ce style avec modération, uniquement dans les situations où il est pertinent. Il fonctionne très bien lorsqu’il est combiné aux styles visionnaires et cohésifs.

    Le leader visionnaire

    C’est le style le plus mobilisateur ‘Martin Luther King, Gandhi, Nelson Mandela…etc). Ce leadership fédère autour d’une vision et fait appel au charisme. Le leader visionnaire donne toujours le sens, le pourquoi, la vision, le cap et laisse ses collaborateurs faire. Il n’intervient que rarement, mais il compte sur ses managers pour  traduire la vision en actes. C’est à eux de s’occuper du « comment » et de trouver des solutions. Le leader visionnaire donne l’inspiration, il encourage et donne sa bénédiction à tous ceux qui sont engagés dans le mouvement.

    De toute évidence, le climat est toujours positif car le leader a su insuffler à travers ses paroles un feu qui pousse les équipes à se mettre au travail. Ce tyle de leader a l’art de mobiliser les foules, de communiquer une vision inspirante pour tous et pour chacun et de redonner du sens quand il le faut.

    On dénote peu d’inconvénients dans ce style, les seuls points de vigilance sont de parvenir à faire passer la vision. Pour cela, il doit être convaincant,  inspirant et bien sûr avoir un management qui sait traduire tout ça en actes.

    Bien qu’étant de loin le meilleur style de leadership, le conseil que je peux vous donner est de pouvoir l’utiliser de façon optimale quand il faut donner du sens aux changements dans l’entreprise, montrer la voie, galvaniser les équipes. Ce style de leadership ne fonctionne pas en temps de crise quand il faut agir vite et être plus directif.

    Le leader collaboratif

    Il aime travailler de façon cohésive et  comprend facilement les besoins de l’équipe. C’est le genre qui aime apaiser les conflits, à mettre un point d’honneur à élever ses collaborateurs et à toujours les satisfaire.

    Le climat sur l’équipe est positif puisqu’il renforce la cohésion d’équipe et donne à chacun les moyens de travailler dans les meilleures conditions. En revanche, pour les collaborateurs qui attendent un modèle plus proche du chef de file, ce style de leadership s’avèrera trop doux pour eux car il ne leur permettra pas de se sentir valorisés à titre individuel. Si vous ne pensez qu’en termes d’équipe, vous êtes un leader collaboratif. Seulement, les choses ne marcheront pas en tant de crise quand il faut obtenir des résultats rapides.

    Le conseil que je donne ici est de surtout l’utiliser quand vous voulez apaiser des tensions dans l’équipe ou faire travailler ensemble une équipe d’experts qui habituellement œuvrent en solo. Vous pourriez aussi combinez ce style avec le style visionnaire pour assurer une intégration de la vision par tous

    Le leader participatif

    C’est un démocrate. Ce style fait appel au consensus par la voie démocratique. Ce type de leader est un pacificateur et est doté d’une bonne écoute. Il est ouvert et aime écouter tout le monde pour ensuite prendre une décision éclairée. En effet, quand il réunit ses collaborateurs, il tranchera très rarement sans avoir au préalable ecouté d’autres avis. C’est ce que Napoléon Hill dans son livre « Réfléchissez et devenez riche » appelle l’intelligence collective.

    On relève des points positifs dans ce type d’approche. En effet, tout le monde se sent entendu donc important dans l’entreprise. Cependant, les personnes très performantes peuvent s’impatienter de devoir toujours attendre l’avis des uns et des autres pour avancer.

    C’est un style qui améliore l’innovation et la créativité collective. Il reste toutefois inadapté en tant de crise car c’est là qu’il faut obtenir des résultats rapides.

    Comme conseil : Il faut l’utiliser surtout pour gérer des crises  et quand vous cherchez la bonne voie et que vous avez besoin de la créativité de vos collègues.

    Le leader coach

    Vous avez certainement dû le remarquer, un coach investit sur les personnes. Il passe du temps avec elles et les aide à développer leurs forces et résoudre leurs faiblesses, en accord avec leur objectif professionnel. Il exerce bien sur le plan individuel que sur le plan collectif. En général, il vise le long terme tout en tenant compte des objectifs plus proches.

    Le climat est toujours positif puisque chacun se sent considéré et soutenu.

    Il n’est pas évident de mettre ce style en œuvre car il s’agit de guider tout en laissant l’autonomie. Par conséquent, pour y parvenir, des qualités d’écoute et bienveillances sont requises, ainsi qu’une confiance dans les capacités de chacun à s’améliorer. Ce style ne marche pas avec des collaborateurs qui attendent une liste des tâches à accomplir. Attention : on ne peut pas responsabiliser une personne contre son gré.

    Un conseil : si vous voulez aider un collaborateur à améliorer sa productivité, être plus efficace dans l’autonomie et développer ses ressources, ce style est tout à fait approprié.

    Enfin, sachez qu’un bon leader doit faire attention à l’attitude de son cœur, tout comme un bon soldat garde les postes de la ville. Le leader doit veiller sur ses émotions parce que son cœur est la source de tout ce qu’il dit ou fait dans son entreprise. Il doit maintenir une vigilance et une discipline de sentinelle qui garde le camp ou le château, afin de protéger son roi intérieur (cœur)

    Articles similaires:


  • Connaitre sa personnalité est un atout pour le leadership

    connaître sa personnalitéD’après Cari G Jung, pionnier de l’étude de la personnalité et contemporain de Freud, nous recevons et traitons l’information selon 4 fonctions:

    1. La pensée
    2. La sensation
    3. L’intuition
    4. Le sentiment

    Dans chacun de nous, l’une de ces fonctions prédomine et décide de notre façon d’appréhender la vie, d’aborder le travail et les autres. Savoir quel est votre mode de fonctionnement prédominant vous permettra d’augmenter votre confiance en vous de mieux connaître vos points forts, de les exploiter et de mieux exercer votre leadership.

    En tant que leader, connaître celui des personnes qui vous entourent vous permet de constituer des équipes efficaces, de placer la bonne personne au bon endroit et d’améliorer votre communication.

    LE PENSEUR

    Il aime s’attaquer à un problème en mettant en avant la logique. C’est un bon analyste et un travailleur méthodique, mais lorsque vous lui parlez d’un problème , il reste sceptique tant que vous ne lui apportez pas de solides preuves et des arguments logiques. Vous l’aurez constaté, c’est une personne méticuleuse qui adore les faits précis, les chiffres et tout ce qui se mesure. L’ordre et l’organisation font parti de ses points forts , et il déteste l’information et la pensée inorganisées. En situation de communication, le penseur est un bon régulateur , attentif aux détails , attiré par la logique et le rationnel, il est un élément sécurisant.

    L’INTUITIF

    Il aime jongler avec des théories et des idées. C’est une personne créative, imaginative , qui sent souvent les choses de manière instinctive , et ayant une bonne vue d’ensemble des choses, mais seulement il prête peu d’attention aux détails.  Tout ce qui est innovation est son domaine de prédilection, mais seulement ne comptez pas sur lui pour le suivi, l’action et les détails. Lorsque vous communiquez avec ce type de personnalité, assurez vous d’être sur la même longueur d’ondes(sinon il ne vous entendra pas). Pensez aussi à communiquer par  images plutôt que par chiffres et faits logiques, mais surtout prenez tout votre temps.

    LE SENSORIEL

    Celui-ci aime les tâches accomplies et se sent à l’aise dans la routine. C’est un travailleur acharné et organisé avec un bon sens pratique des choses. Il ne manque jamais d’énergie quand il s’engage dans un travail, et  demeure enthousiaste et entier quand  il s’y est mis. Moins intéressé par le pourquoi que par le comment d’une chose, il est souvent impatient au stade de la planification. Par contre en situation de communication, comme il est toujours prêt à agir, n’hésitez pas d’aller droit au but, il transformera toujours les idées en actions.

    L’EMOTIONNEL

    Il aime la compagnie des gens et attache beaucoup d’importance aux valeurs humaines. De nature chaleureuse et sympathique, il est tout de même sensible aux humeurs , sentiments et réactions des autres.Vous pouvez compter sur lui quand il s’agit d’apporter des alternatives et jugements intéressants par opposition aux positions purement rationnelles, logiques et commerciales. En situation de communication, prenez le par les sentiments et par les émotions, ainsi vous parviendrez à lui faire déplacer les montagnes pour une cause qui lui paraît juste. En spécialiste des relations humaines, il établis facilement des contacts avec tout le monde.

    Je pense que tout ce que j’ai partagé avec vous peut vous aider à gagner du temps, à trouver le ton juste adapté à votre interlocuteur, à développer un talent qui dort peut être encore en  vous et à enrichir davantage votre personnalité pour devenir le chef d’entreprise que vous souhaitez.

    Articles similaires:


  • Développer son leadership par l’autodiscipline

    développer son leadership par l'auto-discipline

    Lorsqu’on parle d’auto-discipline, on associe généralement cette notion à soi-même. En effet, l’auto-discipline est un effort que l’on doit appliquer à soi-même quelque soit notre état émotionnel. Cet effort sur soi-même doit créer de nouvelles habitudes de pensée, un nouveau langage, susciter de nouvelles actions en vue de s’améliorer et atteindre les objectifs que l’on s’est fixés. Le summum de l’auto-discipline se manifeste lorsque vous prenez une décision radicale et que vous ne souffrez pas dans votre chaire pour la mettre à exécution.

    L’auto-discipline est l’un des nombreux outils de développement personnel qui s’offre à vous et tous les leaders ou chefs d’entreprise. C’est vrai que ce n’est pas une panacée, mais les problèmes que cet outil peut résoudre sont nombreux et importants. L’autodiscipline peut vous aider à surmonter toute dépendance ou à perdre du poids. Il peut éliminer de votre vie le désordre, la procrastination(le fait de toujours remettre au lendemain). Comme je viens de le dire, l’auto-discipline est capable de règler de nombreux problèmes , mais il devient un coéquipier puissant lorsqu’il est combiné avec la passion, les objectifs à atteindre et la planification.

    Construire son auto-discipline.

    Au début, ce n’est pas facile, c’est très difficile même, mais allez-y doucement tout en respectant vos limites. Après quelques exercices, on veut peut-être abandonner. On veut donner une autre forme à nos pensées, à notre manière de parler, mais il y a encore beaucoup d’hésitation. C’est comme un muscle qui n’a jamais porté de poids lourd et qui du jour au lendemain se voit contraint à faire des exercices éprouvants. les quinze premiers jours seront durs, mais au fur et à mesure que le muscle pratiquera, il s’habituera et à la fin ça deviendra de la routine. Il en est de même pour l’auto-discipline. Les mauvaises habitudes de votre vie qui sont devenues une seconde nature résisteront à la nouvelle discipline que vous leur imposée. Une fois que vous aurez ajouté à cela la passion, la persévérance, la planification et des objectifs bien précis à atteindre, votre nouvelle vie prendra le dessus.

    Enfin, sachez que quelques soient vos talents, quelques soient vos idées de génie, vous n’aboutirez à rien si vous ne bougez pas. Mais seulement, cela demande une certaine auto-discipline qui manque à beaucoup d’entre nous , et qui explique pourquoi tout le monde ne connait pas le succès malgré les milliers de recettes miracles qui sont proposées un peu partout. pour parfaire votre auto-discipline si vous l’avez déjà commencé, je vous propose quelques astuces simples:

    • Lisez beaucoup. lire peut vous aider à grandir tout en vous auto-disciplinant. Pour cela, choisissez bien votre livre en vous demandant ce qu’il vous apportera. Quel impact il aura sur vous dans le long terme.
    • Développez votre discipline grâce à la neuroplasticité(faculté du cerveau à s’adapter à notre environnement, nos émotions,nos pensées, nos comportements).  Si vous exposez votre esprit à des influences quotidiennes de discipline, il va passer davantage de temps à entretenir des pensées disciplinées. Sachez que nous devenons ce que nous pensons, et ce que nous devenons vient de l’évolution de notre cerveau.
    • Choisissez bien les influences qui doivent affectées votre cerveau. Quand vous exposez votre esprit à des bonnes influences répétées, votre cerveau s’adapte pour devenir plus efficace dans la reproduction du modèle identique.
    • Travailler sur soi. Ici, il n’y a pas de secret. L’auto-discipline se construit.C’est comme un muscle, plus on l’entraîne, plus il devient fort. C’est la motivation qui nous fait débuter, puis l’habitude qui nous fait continuer. Le cheminement se fait par la pensée , puis viennent les habitudes et enfin l’action prend le relais.

    Articles similaires:


  • Formation leadership de Georges Zalucki

    leadership et Zalucki

    Georges Zalucki est Vice-Président sénior et membre du cercle des champions d’ACN, une société internationale très importante et très puissante, spécialisée dans la vente directe de solution de télécommunication. Sa réussite passe essentiellement par sa stratégie commerciale orientée vers le Marketing de réseau, c’est à dire la multiplication de revendeurs avec la possibilité de parrainages. Monsieur Zalucki a l’habitude des séminaires et est réputé pour sa manière captivante, franche et directe d’aborder les enseignements avec son auditoire.

    Depuis un moment, je m’intéresse au Développement Personnel et au Leadership. Il y a deux semaines, je faisais des recherches sur le thème du Leadership. Pour se faire, je suis allé dans Google et je suis tombé sur le nom de Georges Zalucki, lequel m’a emmené sur une vidéo dans laquelle il donne une formation sur le thème du leadership. Cette vidéo m’a complètement subjuguée, tant par la simplicité, la limpidité et la façon directe de Georges Zalucki de présenter les choses.

    Dans la vidéo que vous allez regarder, Monsieur Zalucki nous montre:

    • Comment changer notre état d’esprit et comment cette action peut changer notre vie à jamais.
    • Que notre principal ennemi est le regard des autres sur nous
    • La réalité dans laquelle nous vivons n’est qu’un illusion
    • Que la société nous cloisonne. Le fait de rentrer dans le moule nous emprisonne et nous empêche de nous épanouir. C’est un frein à notre liberté et à notre créativité.
    • Qu’avant de recevoir, il faut savoir donner.
    • Que les circonstances sont les circonstances, on n’y peut rien. Mais pensons plutôt à avancer, et sachons surtout nous adapter aux circonstances.
    • Qu’il ne faut pas se plaindre mais surtout agir.

    Passez des moments agréables

    Articles similaires:


  • Quel style de leadership pour l’entreprise de demain?

      quel genre d’entreprise aurions-nous à faire demain? Quel style de leadership devrait lui convenir pour atteidre des bons résultats? Ce qui est certain, c’est que la démarche managériale sera différente pour amener ces entreprises à se démarquer de celles qui ont pignon sur rue aujourd’hui. S’agissant des leaders, les entreprises ont tellement évolué que celles-ci seront obligées d’innover en matière de recrutement, d’évaluation et de formation de leurs managers.

    Â quoi ressemblera l’entreprise de demain?

    indexgood leadership entendre des experts, celle-ci sera plus souple, plus solidaire, plus raisonnable et plus créative. C’est une entreprise qui devrait être capable de se transformer rapidement et avec succès. Loin de suivre les tendances, elle devrait jouer un rôle de leader en les définissant, en les pilotant et en donnant le cap à suivre lorsque des bouleversements du marché se manifestent dans son secteur d’activité, ce qui lui permettra de prendre de l’avance sur ses concurrents.

    L’entreprise de demain devrait répondre sans faute aux attentes d’une clientèle de plus en plus exigeante. Grâce à des relations impliquants étroitement ses clients, elle pourra les surprendre agréablement avec des innovations qui contribuent à leur succès et à sa réussite. Elle devrait être innovante et avant-gardiste dans son approche clientèle. 

    L’entreprise de demain devrait diversifier ses activités pour se donner plus de chance dans une économie globalisée. Ses nouvelles activités devraient lui donner accès aux meilleures compétences, ressources et connaissances. Elle doit imaginer des nouvelles approches de production et transformer radicalement son business model afin de bouleverser son environnement et son marché. Enfin, toutes les actions et décisions de l’entreprise de demain devraient tenir compte des populations et de l’environnement dans lequel vivent ses populations.

    Quel style de leader pour ce genre d’entreprise?

    La notion de leadership a considérablement évolué ces dernières années. Dans ce contexte nouveau, les entreprises qui voudraient que leurs managers de demain se démarquent, devront attendre d’eux des qualités autres que celles qui leurs ont souvent été exigées comme l’intégrité, la rigueur, la vision, le jugement et le développement des collaborateurs. Dans son livre intitulé « la révolution du leadership », Cornerstone Ondemand  dit:  » Les leaders devraient diriger avec intégrité et selon une vision. Bon nombre de ces caractéristiques valent seront encore valables pour les leaders de demain, mais le défaut des leaders d’aujourd’hui concerne plutôt l’engagement humain et l’intelligence émotionnelle« , deux qualités qui peuvent selon l’auteur permettre de responsabiliser les effectifs et d’obtenir davantage de performance et de productivité.

    Dans ce contexte qui pointe à l’horizon, et pour être sûres de ce qu’elles veulent, les entreprises devraient produire elles mêmes des managers et plutôt que de chercher à les recruter. Les leaders devraient aussi disposer de qualités de communicateurs afin d’expliquer aux employés les stratégies, la vision et les objectifs à court et moyen terme. Les leaders devraient faire preuve de créativité en adoptant des nouvelles méthodes de coaching et de motivation d’une équipe.

    Les leaders de l’entreprise de demain doivent être ouvert à la collaboration. En effet, l’entreprise pourra évoluer plus facilement dans un contexte où le travail en équipe sera davantage valorisé que la performance individuelle. Pour y parvenir, les entreprises devraient former des leaders capables de motiver et de gérer un environnement où le travail en groupe est de mise.

    Si l’entreprise évolue, il faut aussi préparer les dirigeants à toutes ces évolutions. Pour ce faire, Cornerstone Ondemand conseille aux entreprises d’établir des processus et outils de gestion de talents.  » Les entreprises qui omettent la gestion des talents dans leur programme de formation des leaders ne parviendront pas à produire des leaders dont elles auront besoin pour tenir les futurs objectifs stratégiques et gagner en stabilité organisationnelle ».

    Enfin, pour rester concurrentielle, les entreprises devraient se doter de plan de succession avec un systhème automatisé des talents, des modules de gestion , des modules de gestion des carrières…..Elles devraient aussi rompre avec certaines pratiques du passé qui consistaient à mettre certaines personnes de coté et à ne privilégier que les personnes à fort potentiel et celles qui sont au plus haut échelon dans leur programme de formation et de développement des leaders. Aujourd’hui les entreprises ont compris qu’on peut trouver les leaders partout. Pour celà, les plus visionnaires d’entre elles allouent des fonds et des ressources de gestion au développement du leadership.

     

     

     

     

    Articles similaires:


  • 5 outils de motivation chez un leader

     

    Que vous soyez chef d’entreprise, manager, coach ou chef d’équipe, la motivation est motivationl’un des enjeux de la fonction managériale. Celle-ci regroupe l’ensemble des facteurs qui déterminent l’action et le comportement d’un individu pour atteindre un objectif ou réaliser une activité. C’est la combinaison de l’ensemble des raisons conscientes ou non, collectives ou individuelles, qui incitent l’individu à agir au sein d’une équipe.

    Être motivé, c’est essentiellement avoir un objectif, décider de faire un effort pour l’atteindre, persévérer dans cet effort jusqu’à ce que le but soit atteint. Dès les premiers jours de notre confrontation avec le monde du travail, la motivation nous fait face et ne cesse de nous suivre tout au long de notre parcours professionnel.

    En matière de motivation, les chefs d’entreprises considèrent les choses sur deux plans. D’une part, ils doivent prendre en compte leur propre niveau de motivation. D’autre part, ils doivent considérer le niveau de motivation de leur personnel. Certainement les deux aspects sont étroitement liés. Si le leader n’est pas motivé, il aura du mal à motiver ses collaborateurs. Pour autant, un manager très motivé ne communiquera pas systhématiquement cette motivation à son entourage. A moins de savoir comment s’y prendre pour réveiller l’enthousiasme dans l’esprit des membres de son équipe.

    En étudiant de près la question, j’ai personnellement réalisé que pour réussir dans sa démarche entreprenariale, un manager devrait, élaborer à la base, une stratégie motivationnelle pour encourager ses troupes.  Stratégie que j’ai appellé les cinq outils de motivation chez un leader et que nous allons découvrir ensemble.

        1- La communication, fondement d’une bonne motivation.

    Quand il s’agit de motivation, certains managers ne se rendent pas toujours compte que la communication est le premier outil qui peut apporter un bon moral au sein du personnel de l’entreprise. Les entrepreneurs doivent être conscients du fait que le plus important ne se trouve que dans ce qu’ils disent à leurs collaborateurs, mais aussi et surtout la manière dont ils disent les choses. Il faut au préalable toujours vous assurer que vous serez en mesure de transmettre votre message de la manière la plus appropriée. Raison pour laquelle il est important pour un chef d’entreprise de savoir créer une proximité avec son équipe dès le départ. En effet,  lorsque vous vous adressez à vos  collaborateurs, il est opportun de supprimer le « vous » dans vos paroles. Le vous  crée souvent une distance avec les employés qui se mettent aussitôt sur la défensive, alors que vous penserez peut-être que les autres ne vous comprennent pas. A la place de « vous », vous pourriez employer « nous », ainsi les autres ne se sentiront pas exclus et réaliseront que vous formez une équipe vraiment soudée.

    Veillez aussi à ce qu’il n’y ai pas de commentaires négatifs dans votre message de motivation. Même si vous avez des choses à reprocher à vos collaborateurs et que vous pensez avoir  raison, veillez scrupuleusement sur votre langage. C’est vrai que c’est vous le chef, mais vous ne pouvez pas les motiver en les abaissant. Vous devriez bien réfléchir sur les mots que vous utiliserez et le ton avec lequel vous allez les prononcer. En fait, il faudrait que lorsque vous allez vous adresser à vos employés, que vos mots soient en mesure de renforcer  un sentiment de confiance et d’inspirer le groupe. Les paroles valorisantes sont très importantes au sein d’une équipe, car elles ravivent la motivation lorsqu’elle veut baisser.

    2- Savoir être à l’écoute

    Quand on exerce un leadership, on doit pouvoir bien cerner la personnalité de ceux qu’on veut essayer de motiver. Pour cela, il va falloir apprendre à écouter. Pour écouter les autres, il faut savoir se mettre à leur place, surtout quand on est celui qui tient le discours. Si vous ne savez pas le faire, il est temps d’apprendre. Avant même de tenter de parler à vos collaborateurs, ou de leur trouver une certaine motivation, demandez-vous pourquoi leur trouver cette motivation? Il est en effet important de ne pas confondre vos propres motivations à la situation que traverse l’entreprise. En fait, vous avez besoin de motiver vos troupes parce que vous voulez le meilleur pour eux, et que ce « meilleur » passe par la bonne santé de l’entreprise. Vous ne devez jamais motiver votre équipe à cause de vos propres intérêts égoistes. Â coup sûr, au bout d’un moment ils vont s’en rendre compte.

    Ce n’est jamais facile de motiver les collaborateurs. Vous devez surtout les rassurer que vous êtes là pour eux et que vous serez là quand ils auront besoin de vous. Ceci est très important car c’est le soutien et la motivation que vous leur apporterez qui les aidera à atteindre des choses plus grandes et meilleures dans l’entreprise.Pour rendre leurs entreprises plus performantes aujourd’hui, les chefs d’entreprises ont compris qu’ils devaient aussi se préoccuper de l’épanouissement de leurs salariés. En tant que leader, il y a tellement de règles sur la façon d’encourager ses collaborateurs. Le plus important est d’être là quand il le faut,  de rester ouvert à toutes les sollicitations et de savoir épauler les salariés qui en ont le plus besoin. Soyez toujours à l’écoute sans oublier de stimuler leur imagination pour qu’ils puissent toujours trouver quelque chose qui les motive.

    3- La confiance maintient la motivation

    Le troisième outil indispensable pour maintenir ses équipes dans un état de motivation est de leur montrer que vous leur faites confiance. Un chef d’entreprise qui fixe des objectifs, qui délègue, qui encourage, qui donne confiance, qui donne des signes forts de reconnaissance à ses employés obtiendra des résultats largement supérieurs de la part de ses équipes qu’un manager qui ne sait pas manager.

    Si il n’y a pas de confiance, il n’y aura pas non plus de motivation. C’est un constat imparable. Vos collaborateurs s’épanouiront quand leur niveau de motivation sera élevé. Pour leur manifester votre confiance, commencez par leur confier une tâche bien précise pour laquelle il bénéficie de votre confiance. Cette confiance s’exprimera par un management sous forme d’objectifs à atteindre. Traduisez clairement cette confiance à vos équipes à travers les missions que vous leur confiez et les objectifs qui y sont associés. La confiance se gagne aussi sur le terrain des relations humaines: En faisant confiance à vos collaborateurs, vous serez respecté de ceux-ci. C’est une des logiques en matière de motivation.

      4- Déléguer les responsabilités

    Si vous faites confiance à vos collaborateurs, il est nécessaire de les responsabiliser. Responsabiliser vos collaborateurs leur offrira une capacité de décision dans un champ d’action précis. On ne peut pas s’imaginer à quel point la possibilité de décider offre aux collaborateurs des raisons supplémentaires de satisfaction lorsque les objectifs sont atteints. Vous devez savoir que lorsque vous déléguez, c’est une façon de transmettre votre propre motivation, votre autorité. Un collaborateur sera motivé s’il sait pour quoi et vers quoi il travaille. De même que si il est écouté et que vous lui donnez la possibilité de participer à la vie de l’entreprise. Il faut donc donner un sens et fixer des objectifs à ce qui lui est demandé. Il faut qu’il comprenne le sens de son implication dans le projet d’entreprise.

    Une fois les résultats de cette délégation de pouvoir connus, il serait judicieux pour vous de sanctionner cette implication par une reconnaissance du travail effectué en lui donnant de la visibilité grâce à la communication interne.

    5- La motivation dans les temps de crise

    Il n’est un secret pour personne que pendant les temps difficiles les employés sont souvent démotivés. Très souvent ces temps de crise sont associés à une crise financière  dans l’entreprise. Les effets de cette baisse de motivation sont mesurables sur plusieurs points.

    • Le manque de confiance apparait chez les salariés
    • Manque d’initiative et de créativité
    • Problèmes pour prendre les bonnes décisions
    • Immobilisme chez les salariés

    En temps normal, ce genre de symptômes peut atteindre un individu dans l’entreprise. Mais en temps de crise, le danger est que ce soit l’ensemble des collaborateurs qui soient atteints de ces symptômes néfastes pour la survie de l’entreprise. Il y a des comportements  que certains managers ne devraient pas adopter dans ces périodes.

    • Contrôler à tout moment.
    • Reporter son stress sur ses équipes
    • Manquer de maîtrise de soi et de patience
    • L’activisme ou l’hyperactivité du patron
    • La multiplication des réunions qui ne sont pas clairement prioritaires

    Dans ces temps difficiles, vous devriez optimiser votre temps en vous consacrant davantage aux collaborateurs qui ont besoin d’être soutenus. Vous devriez aussi optimiser les ressources de l’entreprise en reportant les gros chantiers et adopter des objectifs beaucoup plus modestes. Agir en toute transparence, montrer que les choses avancent, redonner confiance….il faut positiver pour que la motivation et la serénité reviennent au sein de l’entreprise. Il faut que arriviez à assainir l’environnement dans lequel vos collaborateurs évoluent. L’ambiance reposera aussi sur l’image que les collaborateurs ont de leur leader. A ce titre, la loyauté est l’une des qualités les plus déterminantes

     

     

     

    Articles similaires:


  • 45 citations pour bâtir votre vie

    Le but de tout homme sur terre est de parvenir à son développement personnel à une parfaite réalisation de sa vie. Beaucoup d’hommes traversent la vie sans une citation ou un proverbe qui pourrait inspirer la plupart de leurs actions. D’autres par contre ont bâti leur existence en s’appuyant sur des citations qu’ils ont érigé en principe de vie. Pour celà, ils se sont inspirés et ont pris comme modèle, des écrivains, des philosophes, des hommes de Dieu, des patrons de grandes entreprises….dont la sagesse et la réussite sont incontestables. Vous verrez qu’après avoir adopté une ou plusieurs de ces citations, elles vous rappelleront aussitôt vos valeurs et ce en quoi vous croyez. Elles vous aideront à vous recentrer et à vous fortifier face aux situations que vous traversez tous les jours.

    développement personnel

    Decouvrez des citations motivantes et inspirantes en relation avec le développement personnel, la sagesse, la réussite,  le bonheur et bien-être.

    Développement personnel

    1. Commence par faire la conquête de toi même si tu veux conquérir le monde-  Dr Victor Pauchet
    2. Préoccupez-vous davantage de votre caractère que de votre réputation, car votre caractère représente ce que vous êtes vraiment, tandis que votre réputation n’est que ce que les autres pensent de vous-  John Wooden
    3. N’essayez pas de devenir une homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur-  Albert Einstein
    4. L’essence même du génie, c’est de mettre en pratique les idées les plus simples- Charles Peguy
    5. Nous consolidons notre confiance en nous même quand nous acceptons et nous assumons les conséquences découlant de nos choix- André Bienvenue
    6. Créer, non posséder; oeuvrer, non retenir; accroître, non dominer- Lao-Tseu
    7. Je n’ai pas échoué, j’ai juste trouvé 10.000 moyens qui ne fonctionnent pas- Thomas Edison
    8. Notre activité dans la vie n’est pas de dépasser les autres, mais pour prendre de l’avance de nous-mêmes- E. Joseph Cossman
    9. Peu importe qui vous êtes ou ce que vous avez été, vous pouvez être ce que vous voulez être- W. Clément Stone
    10. Tu es aujourd’hui là où tes choix passés t’ont emmené- Philippe de Berny

    Sagesse

    1. Le commencement de la sagesse est la crainte de l’Eternel- Proverbe de Salomon
    2. Un peu se sommeil, un peu d’assoupissement, un peu croiseer les mains pour dormir! Et la pauvreté te surprendra comme un rôdeur, et la disette, comme un homme en armes- Proverbe de Salomon
    3. Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire- Jean de La Fontaine
    4. La connaissance parle, mais la sagesse écoute- Jimi Hendrix
    5. Il n’y a pas d’enthousiasme sans sagesse, ni de sagesse sans générosité- Paul Eluard
    6. Ne te vante pas du lendemain car tu ne sais pas ce qu’un jour peut enfanter- Proverbe de Salomon
    7. Celui qui est lent à la colère a une grande intelligence, mais celui qui est prompt à s’emporter proclame sa folie- Proverbe de Salomon
    8. Celui qui augmente sa sagesse allonge sa vie- Jack Rosenthal
    9. Le coeur de l’homme médite sa voie, mais c’est l’éternel qui dirige ses pas- Proverbe de Salomon
    10. La sagesse est d’être fou lorsque les circonstances en valent la peine- Jean Cocteau

    Réussite

    1. L’audace réussit à ceux qui savent profiter des occasions- Marcel Proust
    2. Rien de grand dans le monde ne s’est accomplit sans passion- Friedrich Hegel
    3. Une petite impatience ruine un grand projet- Proverbe chinois
    4. Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez- Albert Schweitzer
    5. Rappellez-vous toujours que votre intention de réussir est plus importante que tout autre chose- Abraham Lincoln
    6. Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrive, d’autres font que ça arrive- Michael Jordan
    7. Le secret de la réussite est d’apprendre à se servir de la douleur et du plaisir, au lieu de laisser la douleur et le plaisir se servir de vous. En agissant ainsi, vous contrôlez votre vie. Sinon, c’est votre vie qui vous contrôle- Anthony Robbins
    8. Vise toujours la réussite et oublie le succès-Helen Hayes
    9. L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs- John Fitzgerald Kennedy
    10. Le secret, c’est de garder en toi une pensée agréable. C’est le secret de beaucoup de réussite d’ailleurs- Olivier Lockert

    le bonheur à l'état pur

    Bonheur et bien-être

    1. Soyez simple et vivez simplement. Ne faites pas de vagues, n’essayez pas d’être intérressant, gardez vos distances, soyez honnête et combattez l’envie d’être bien vu des autres- Etty Hillesum
    2. C’est le moment d’être heureux. C’est l’endroit pour être heureux. Et pour être heureux, rendez les autres heureux- Robert Ingersoll
    3. Le bienfait revient toujours à la porte de son auteur- Abraham Lincoln
    4. Le bonheur est à l’intérieur de nous, pas à l’extérieur. Il ne dépend pas de ce que nous avons mais de ce que nous sommes- Henry Van Dyke
    5. Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être bien avec soi- Bernard Fontenelle
    6. L’amour ne cherche pas son propre plaisir, mais abandonne à autrui son bien-être- William Blake
    7. Au jour du bonheur, sois heureux, et au jour du malheur, réfléchis: Dieu a fait l’un comme l’autre, afin que l’homme ne découvre en rien ce qui sera après lui- L’Ecclésiaste

    Leadership

    1. Le leadership est un choix, c’est le choix de ne pas rien faire- Seth Godin
    2. Ne pas dire aux gens comment faire les choses, dites leur ce qu’il faut faire et laissez vous surprendre par leurs résultats- George S. Patton
    3. Le but du leadership n’est pas de démontrer sa propre supériorité, mais de faire ressortir toutes les forces des gens qui nous entourent afin qu’ils avancent de plus en plus près du but désiré- John Piper
    4. Un leader sait ce qu’il faut faire, un manager sait seulement comment le faire- Kenneth I Adelman
    5. Un vrai leader n’a pas besoin de conduire, il suffit qu’il montre le chemin- Henry Valentine Miller
    6. Le leadership c’est l’art de faire faire à quelqu’un quelque chose que vous voulez voir fait., parce qu’il a envie de le faire- Dwight Eisenhower
    7. Le courage d’un grand leader à accomplir sa vision vient de sa passion, pas de sa position- John C Maxwell
    8. Parmi les dirigeants, il y a ceux qui dirigent par le contrôle et ceux qui dirigent par la confiance. Les uns sont des dirigeants-managers, les autres sont des dirigeants-leaders- Xavier Fontanet

    Articles similaires:


  • Les secrets de la réussite des grands patrons

    Richard Branson, Steve Jobs, Bill Gates, Lindsay Owen-Jones…….Ces leaders qui ont imagesgrands patronsdirigé avec succès des grands groupes mondiaux ne sont plus à présenter. Leur management et leur charisme au sein de leurs entreprises  ont eu des résultats tellement bénéfiques que ces dirigeants se sont révélés comme étant des véritables meneurs d’hommes. Nous allons découvrir ensemble comment managent ces hommes d’exception et  ce qui a fait et qui fait encore davantage leur force et quelles sont leurs méthodes. Chacun d’entre eux a développé au cours de sa carrière son style personnel de management et de leadership qui ne manquera certainement pas de vous inspirer pour mettre en place votre propre style de management.

    Richard Branson: l’enthousiasme partagé.   Fondateur du groupe Virgin, Richard Branson incarne bien l’homme qui a réussi dans les affaires. Dépourvu de diplômes, mais entrepreneur à succès, celui-ci a toujours cru avec force à ses propres convictions. « J’ai dû créer des entreprises auxquelles j’ai cru à 100% » dit-il ». Il a toujours dépensé son énergie au profit de ses idées et de ses marques. S’agissant de ses collaborateurs directs et de ses employés, il leur fait confiance en  comptant sur leur motivation. Vous ne pouvez pas être un bon dirigeant si vous n’aimez pas les gens. Les entreprises qui prospèrent bien sont celles qui protègent leur personnel. Dans cette démarche intéressante, vous devez comprendre vos propres limites. « Pour monter une affaire à partir de rien, vous avez autant besoin d’une forte personnalité que de comprendre l’art de déléguer.   

    Lindsay Owen Jones: l’émulation des équipes.  C’est lui qui est à l’origine du succès de l’Oréal. Après avoir réussi à internationaliser la célèbre marque de cosmétiques, ce manager hors norme vient d’annoncer son départ à la retraite. Son secret réside dans l’émulation et la motivation des équipes.  Celui qui n’est pas habitué à ce genre de leadership pourrait penser au départ qu’il a à faire à un homme trop exigeant, voir autoritaire. Mais les salariés aujourd’hui ne diront pas le contraire, car le groupe semble en avoir bénéficié.  Aujourd’hui, l’Oréal est un empire indiscutable dans le secteur des cosmétiques.

    Steve Jobs: l’autorité charismatique.  Steve Jobs était le poumon de Apple. Cet homme s’était donné corps et âme pour que son entreprise devienne le leader mondial de l’informatique. La santé de Apple était associée à celle de ce visionnaire de génie. Si Steve Jobs a réussi, c’est à cause de son charisme exceptionnel. Il avait une force de caractère qui ressemblait à de l’autoritarisme. Lorsqu’il prenait une décision, celle-ci ne souffrait d’aucune contestation. La force de Steve Jobs résidait aussi dans ses convictions personnelles. Pour les faire passer au sein de ses collaborateurs, une certaine dose d’autoritarisme était nécessaire.

    Ingvar Kamprad: le patriarche exemplaire   » Comment puis-je demander à mes collaborateurs de voyager à l’économie si moi je voyage dans le luxe? c’est une question de bon leadership ». Ingvar Kamprad, fondateur de Ikéa, groupe spécialisé dans l’ameublement est un homme qui a toujours dirigé son entreprise en bon père de famille. Ce dirigeant à toujours mis son humilité et sa sagesse en avant pour être un exemple au milieu de ses collaborateurs. Il a toujours dirigé son groupe avec simplicité de coeur et bon sens. Il n’a jamais vécu de manière ostentatoire, ni exhibé son immense fortune. Ce management par l’exemple a porté du fruit car il  a permis à Ikéa de s’imposer dans tous les pays du monde.

    Warren Buffet: la stratégie de l’investisseur Investisseur de génie, homme discret mais qui ne se cache pas, Warren Buffet est un homme qui s’est où et comment placer son argent. Pour avoir sa confiance il faut parfaitement connaître son entreprise.  Bien que n’ayant jamais privilégié la proximité avec ses collaborateurs, son secret est de laisser les clés de ses entreprises aux personnes compétentes, en leur laissant souvent des parts dans leurs affaires, en échange de lui livrer quelques informations financières. Le management de Warren Buffet convient bien à son empire puisque toutes les activités sont diversifiées.

    Michael Dell. la modestie au pouvoir.  Homme modeste et distant, Michael Dell, le fondateur de la marque Dell, n’est certainement pas le plus remarqué des grands patrons américains. Son secret a commencé lorsqu’il était jeune. Il aimait rester avec des personnes âgées et expérimentées pour prendre des conseils auprès d’eux. Michael Dell a su démontrer qu’on peut rester discret tout en étant un acharné au boulot et exigeant avec ses employés. La distance qu’il entend conserver avec la personnalisation du pouvoir  se retrouve aussi dans le fonctionnement de ses équipes. Chez lui, deux managers peuvent  partager une même fonction. Le but? limiter le risque d’erreurs et se partager les critiques.

    Michael O ‘Leary: tout en provocation. Son style de management peut paraître fantasque mais pourtant très efficace. Michael O’Leary, patron de la compagnie Ryanair avait proposé que ses passagers voyagent debout. Dirigeant de la compagnie irlandaise depuis 25 ans, il a su s’imposer comme la figure du low cost aérien en Europe. Sa compagnie a réussi à se faire une place au milieu des vieux requins comme Air-France...Cet homme est certainement doté d’un bonne dose de courage, ce qui fait qu’aujourd’hui il est devenu incontournable.

    Bill Gates: l’investisseur total. Qui peut dissocier Bill Gates de Microsoft? Cette entreprise est à lui et elle vit en lui. Chaque battement de son coeur, chaque inspiration, nous font connaître l’état des lieux de sa société. Bill gates a été de toutes les décisions de Microsoft alors qu’il n’en était pas encore le patron. Il est un homme à tout faire, un philantrope en quelque sorte. Son leadership consiste à mettre en avant tous ses talents. Pour lui, un bon patron doit connaître son métier et être un bon vendeur c’est à dire qu’il doit savoir convaincre ses clients. Il doit savoir comment trouver de l’argent, c’est à dire convaincre les banquiers ou les compétences que l’on cherche à recruter. Son management c’est aussi savoir être à l’écoute et se remettre en cause en acceptant les critiques d’où qu’elles viennent. Lorsqu’on regarde les résultats aujourd’hui, on n’a pas grand chose à dire sur son style de management.

    Cet article est inspiré du JDN

    Articles similaires:


  • Existe-t-il un profil gagnant de chef d’entreprise?

    Il existe certainement des points communs entre les entrepreneurs qui ont réussi.Ce sont des personnes qui ont des aptitudes requises pour être considérées comme ayant un profil de bons leaders. Pourtant, la notion de profil étant vaste, il serait réducteur de se limiter de parler de « profil de chef d’entreprise » car cela impliquerait une forme de sélection, de déterminisme. Aussi, ensemble nous allons décrypter au mieux les qualités qui semblent nécessaires à un chef d’entreprise pour exercer un leadership de qualité.

    index chef d'entreprise

    Un chef d’entreprise est le dirigeant d’une entreprise sans en être forcément le fondateur ou le propriétaire. Existe t-il un profil type du chef d’entreprise? pour ma part, pas vraiment. Cependant, toutes les personnes qui se sont lancées dans l’aventure entrepreneuriale possèdent un certain nombre de qualités plus ou moins concrètes mais indispensables pour réussir. Nous allons explorer ces qualités et en faire un inventaire.

    Tout d’abord, vous devez savoir que le profil « chef d’entreprise » est lié à trois paramètres: Les traits de personnalité, la situation, la motivation. Les traits de personnalité sont liés à deux choses:

    1-Ce qui a forgé le caractère du leader à savoir;les épreuves de la vie, la patience à toute épreuve, la maîtrise de soi et l’humilité.

    2-Le style de leadership qui a inspiré le chef d’entreprise. Il y a toujours dans l’entourage d’un dirigeant un modèle qui a favorisé l’intérêt  et développé une attitude entrepreneuriale. Qui est votre modèle?

    Le profil du chef d’entreprise peut aussi varier en fonction de la situation ou du contexte. Le style de management que vous adoptez doit pouvoir s’adapter à la situation qui se présente et savoir y faire face. La faculté d’adaptation chez un leader est une qualité fondamentale. En effet, lorsque le problème se présente, le chef doit pouvoir s’imprégner de la situation et réfléchir rapidement pour trouver une solution. A ce niveau, rien n’est écrit dans les cours de management, c’est tout simplement de l’improvisation.

    On peut trouver des qualités communes et nécessaires aux entrepreneurs. Celles-ci varient selon les secteurs(industrie, distribution, mode, église, etc.). Un bon chef d’entreprise se distingue par sa capacité à apprendre, coordonner, organiser, par son goût de l’effort, sa curiosité, son goût du risque. Les entrepreneurs qui ont réussi sont très intuitifs. ils ont su discerner ce qui faisable ou pas, et prendre les risques adéquats pour commencer à réaliser un projet.

    Il est important de souligner ici, qu’au delà du fait qu’il faut beaucoup travailler et avoir un minimum de réalisme, Les qualités nécessaires peuvent aussi dépendre de la consistance du projet. Si c’est un projet à forte croissance, cela nécessitera la mobilisation d’investisseurs ou de partenaires importants. Au contraire d’une entreprise de 3 à 10 personnes, le dirigeant devrait s’atteler à l’ouvrage , maintenir une bonne relation avec le client, être tenace et persévérant. Ici, la véritable question est de savoir si le chef d’entreprise a un profil adapté à l’environnement visé.

    Machiavel a identifié trois types de personnes: Celles qui comprennent les choses par elles mêmes, celles qui ont besoin qu’on le leur explique et celles qui ne comprennent pas, même avec des explications. Cette réflexion est toujours valable de nos jours. Je pense que les « chefs d’entreprise » exceptionnels appartiennent à la première catégorie.

    Il n’est pas obligatoire de faire des longues études pour être un bon manager. On peut avoir la tête bien faite et des bonnes capacités d’analyse et ne pas être un bon chef d’entreprise. A l’inverse, un autodidacte peut être un très bon créateur. Albert Einstein a dit: « La théorie c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique c’est quand tout fonctionne et qu’on ne sait pas pourquoi ». Le profil gagnant d’un leader s’accommode avec le pragmatisme et l’empirisme, celui-ci doit être en prise avec la réalité de la vie.

    Les bons chefs ont aussi en commun le sens des responsabilités; Ils savent  s’investirent entièrement dans l’accomplissement de leur mission. Ils ont la capacité de mobiliser les énergies. Ils ont une imagination fertile et une grande flexibilité intellectuelle et émotionnelle. Ce qui est sûr c’est que certaines personnes savent exercer leur leadership avec souplesse et facilité car ces qualités sont en eux. Mais le leadership n’est pas qu’une affaire de management surtout en ces temps de mondialisation et de compétition féroce. On reconnait un leader aussi à sa capacité d’affronter l’oppression et la pression. Là où d’autres abandonneront, lui saura affronter l’adversité et communiquer l’enthousiasme. Certes les bons chefs d’entreprise ont des qualités communes , mais certains peuvent exercer leur leadership avec des qualités en plus et qui leurs sont propres. De nos jours il est difficile d’admettre que pour être un bon chef d’entreprise il faut avoir un profil type. Il existe autant de profils que de contextes ou situations de management. Un chef d’usine, un expert comptable ou un cadre diplomatique peuvent combiner des compétences et des qualités très différentes et se montrer chacun d’excellents leaders dans leur domaine d’expertise.

    Il existe encore un point commun entre les vrais chefs d’entreprises. Pour réussir, ils doivent faire preuve d’une intelligence créative forte. Parmi ces personnes, on retrouve des gens comme Steeve Jobs, Bill Gates etc…. Ces hommes se sont trouvés au bon endroit au bon moment. Ces personnes ont la capacité d’anticiper les besoins des consommateurs, d’articuler des marchés, des modèles économiques. Ils ont la capacité de se sacrifier totalement pour leur entreprise. Ayant un besoin de reconnaissance, de statut et de puissance, ils ont magnifiquement assimilé le développement de leur entreprise  à leur développement personnel.

    Enfin, le profil gagnant du chef d’entreprise ne se décrète pas. Celui qui vous dira: » voici le profil type de celui qui gagne toujours » est certainement encore loin du compte. On peut penser être fait pour cela et être déçu après ou inversement. Ce dont je suis certain, c’est que, une vraie interaction entre un homme de conviction et un bon projet peut produire des résultats excellents.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Articles similaires:


  • Le leadership de niveau 5

    De nos jours et plus que jamais, la plupart des managers doivent déployer leurs compétences dans différents domaines de leur vie. ils sont  leaders dans l’entreprise dont ils ont la charge, mais aussi dans leur foyer en tant que parents et conjoints, de même que en tant que partenaires et amis. Certains sont à la tête d’une association . Pour cela , ils doivent sans cesse sensibiliser,  mobiliser et influencer. Ils sont toujours à le recherche de l’excellence sans laquelle leur travail n’a pas de sens. Hormi tout ça, ils doivent aussi trouver du temps pour se réaliser personnellement et acquérir de nouvelles connaissances pour apporter le meilleur dans l’entreprise. Ils ont besoin d’être psychologiquement et mentalement à la hauteur pour relever les nouveaux défis de la mondialisation. La question qu’on peut se poser ici est de savoir comment peut-on trouver une vie équilibrée tout en restant fermement attaché à ses devoirs quotidiens?

    L’objectif de tout dirigeant d’entreprise est de réussir à mener un style de vie équilibrée tout en occupant leurs fonctions de dirigeant performant et d’atteindre un leadership de niveau 5 comme le décrit Jim Collins dans son ouvrage « De la performance à L’excellence »

    A quoi ressemble le leader de niveau 5?

    C’est  une personne calme, effacée réservée, et un brin timide. C’est un manager à la fois humble sur le plan humain et manifestant beaucoup de volonté et de rigueur sur le plan professionnel. C’est un dirigeant qui sait affronter l’adversité sans jamais perdre sa foi. Son idéal est: la réussite tout en gardant les pieds sur terre. Avant de commencer un projet, il met d’abord en avant le critère humain et ensuite l’aspect matériel. c’est à dire qu’il recrute d’abord l’équipe qui va réaliser le projet avant de définir le projet. Il a en tête ce qu’on appelle « le concept du hérisson » à savoir que ce n’est pas parce que on est spécialisé dans un domaine ou parce que on fait une activité depuis longtemps qu’on est les meilleurs et que nous pouvons être assuré des meilleurs résultats. Le manager de niveau 5 a la culture de la discipline. Beaucoup d’entreprises ont une culture, d’autres ont une discipline, mais peu ont les deux. Ce type de manager a compris que les changements ne se font jamais d’un seul coup. Le processus ressemble à l’action de tourner sans répit un volant dans le même sens jusqu’à l’atteinte du résultat escompté.

    Enfin, sachez que toutes les entreprises qui ont réussit une percée durable connaissent le même type de leadership. Lorqu’on observe que  les résultats d’une entreprise  sont bons, on s’imagine toujours qu’elle a à sa tête un leader fortement charismatique. Attention aux leaders trop charismatiques qui peuvent déformer la réalité. Le charisme peut autant être un atout comme un handicap. En effet, une trop forte personnalité peut entraîner des problèmes si elle dissuade les gens de vous apporter des informations désagréables. Essayer en permanence d’encourager les gens s’avérer une perte de temps. Quand on a des bonnes personnes, elles se motiveront d’elles mêmes. Le plus important est de ne pas les démotiver. Faire la politique de l’autruche, c’est à dire ignorer les problèmes est certainement un bon moyen pour décourager les gens.. La seule façon pour ne pas y arriver, est d’être à l’écoute des gens. Comme je le disais plus haut, les managers des grandes entreprises ne sont pas forcément des personnes au fort charisme, très médiatisées et aux fortes personnalités. Ces leaders sont tout simplement des dirigeants qui allient très bien l’humilité personnelle et une ferme volonté dans leur travail.

     

     

    Articles similaires: