Quel est l’état d’esprit des managers par les temps qui courent?

les managers à l'oeuvre

Malgré la période de crise et d’incertitude qu’ils traversent, l’état d’esprit et les motivations des managers en Europe et en Afrique restent positif. Réalisée en octobre 2012 auprès de 300 managers, le baromètre des managers pour qualifier en un mot leur état d’esprit positif révèle que  39% parmi ceux qui ont répondu se disent « enthousiates »; près de 20% « sereins »; et plus de 11% « épanouis ». Ces 70% de managers contrebalancent largement ceux qui se disent « réservés »(9,5%), « désabusés »(8,5%), « stressés » (8%) ou inquièts (4%).

Qu’est ce qui motive le plus aujourd’hui pour aller travailler?(Source de CSP Formation et Managéris)

  1. Les responsabilités qui vous sont confiées(51,6%)
  2. Le contenu de votre métier(45,5%)
  3. Les relations avec les membres de votre équipe(41,8%)
  4. La possibilité de développer vos compétences(28,6%)
  5. Vos liens avec vos collègues(22,1%)
  6. Vos missions transversales(20,7%)
  7. L’ambiance du travail(16,4%)
  8. La fierté d’appartenir à votre entreprise(13,1%)
  9. Vos perspectives de rémunération(12,2%)
  10. Votre secteur d’activité(12,2%)
  11. Autre(2,3%)

Cette analyse( vous pouvez l’appliquer à vous même) qui met en lumière les leviers de motivation des managers dans leur cadre professionnel, démontre que c’est le goût des responsabilités(51,6%) et le contenu de leur métier(45,5%) qui sont les sources principales de leur motivation. Leur identité managériale cohabite avec leur identité d’expert à laquelle ils restent vraiment attachés. Si les relations avec les membres de leur équipe font parties des motivations supplémentaires(42% des réponses), l’ambiance du travail et la fièrté d’appartenir à l’entreprise arrivent loin derrière(16,4% et 13,1%). Ici, la personne morale de l’entreprise importe peu aux managers, c’est leur épanouissement personnel qui compte le plus. Les perspectives de rémunération n’ont guère vraiment de l’importance car, conscients de la raréfaction des ressources financières disponibles, seulement 12,2% des managers s’y interessent.

le manager

Un sursaut de reconnaissance serait le bienvenu.

Malgré leur état d’esprit positif, 28% des managers souffrent d’un manque de reconnaissance de la part de leur hiérarchie. Il est d’ailleurs intéressants de souligner que plus les managers sont proches des fonctions opérationnelles, plus ils aspirent à ce besoin. En effet, 33% des managers de proximité se sentent assez peu ou pas du tout reconnus.

Si leur zone d’autonomie est d’autant plus large qu’ils occupent des fonctions de dirigeants, 40% des managers considèrent cette zone encore à conquérir ou beaucoup trop limitée. 35% la voient même plutôt se restreindre. Une proportion identique se sent « rarement » ou « jamais » encouragée à prendre des initiatives et des risques dans leur rôle de manager.

L’enquête révèle par ailleurs que 30% des managers passent la majeure partie de leur temps et de leur énergie à la résoudre les problèmes et les urgences. Dans 50,5% des autres réponses, le temps est prioritairement occupé au pilotage des activités. Seuls 20% des managers disent que l’accompagnement, le développement et le soutien des équipes sont leur occupation quotidienne. D’une manière générale, les managers se disent non associés aux décisions et à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise.

Enfin, la gestion du quotidien explique sans doute pourquoi la moitié des managers ne prennent pas le temps de développer leurs compétences. Ils aspirent à le faire mais considèrent que c’est compliqué. Parmi les domaines de compétences qu’ils souhaiteraient développer en priorité, les dirigeants d’entreprises citent l’art de responsabiliser leurs collaborateurs et la conduite du changement.

Articles similaires: