Expandmenu Shrunk

  • Que se passe t-il lorsque l’on perd confiance en soi?

    manque de confiance en soi

    Avant d’entrer pleinement dans le vif du sujet, il m’a semblé nécessaire de rappeler brièvement ce qu’est la confiance en soi. Avoir confiance en soi, c’est avant tout se connaître. C’est avoir foi en son potentiel, en ses capacités et en ses talents. S’il vous arrive souvent de vous dévaloriser en sous-estimant votre potentiel et vos réalisations, et si votre comportement s’exprime trop souvent par de la timidité et un manque de confiance, il serait urgent de vous demander si vous ne manquez pas de confiance en soi.

    Seulement, lorsque ce manque de confiance en soi persiste, il en résulte que votre manque de confiance en vous devient extrêmement inquiétant. Vous vous sentez comme pris au piège, et c’est alors que toute votre vie devient affectée de façon négative avec les conséquences qui en découlent et que nous allons voir dans cet article.

     

    Souvent, on ne comprend réellement l’importance de la confiance en soi, que lorsque l’on en manque cruellement. Et si les personnes de votre entourage font un effort de vous comprendre, il leur sera certainement très difficile d’imaginer toutes les difficultés, et la solitude que cela engendre.

    Vous avez peut être déjà essayer de trouver des solutions pour résoudre ce problème mais ce n’est pas toujours évident. j’ai dû parfois moi même faire face à ma perte de confiance, et tous les conseils que j’ai pu recevoir n’étaient pas toujours se sont adaptés. Il y avait de nombreuses barrières contre lesquelles je me heurtai. Et vous ne me dirai pas le contraire si je vous disais que je suis certain que vous êtes aussi passé par.

    Au départ, cela partait certainement d’un bon sentiment. Mais en réalité, la perte de confiance en soi touche bien plus de facette de notre personnalité que la simple peur de se s’exprimer. Je ne dis pas que ça n’en fait pas parti, bien au contraire . Mais vous devez prendre en compte tous les freins qui vous empêche de retrouver une vie normale et sereine.

    Les 3 principales conséquences que la perte de confiance peut engendrer, et que vous devrez absolument dominer :

     

    La solitude

     

    La première des conséquence est certainement la solitude. Vous le savez, lorsque le manque de confiance ce fait sentir, il provoque un vrai mal être. Et devoir prendre par exemple la parole en public, vous semblera tout à coup au dessus de vos moyens. Vous ressentez alors toutes sortes d’angoisses vous envahissant : la peur vous saisi, les émotions assaillent votre gorge, et finalement vous ne savez pas quoi dire… Souvent, la meilleure stratégie pour éviter ces sensations désagréables, est de limiter vos échanges avec les autres. Sinon alors cela se transformera en véritable angoisse sociale.

    Ne faîtes surtout pas cette même erreur que les autres, sinon vous tomberez dans un cercle vicieux sans même vous en rendre compte ! On commence par refuser une invitation, puis deux, puis toutes les invitations. Puis on fini par éviter de sortir totalement de chez soi. Et le piège se referme. Ce type de réactions est bien trop néfaste pour que vous la laissiez prendre le contrôle sur votre vie. Vous devez y mettre tous vos efforts, afin d’empêcher votre zone de confort de rétrécir.

    L’être humain est fait pour être aux contact des autres. Et il vous sera difficile de prendre conscience de toutes les richesses qui vous entourent, si vous vous éloignez des gens et perdez toutes habitudes à communiquer, à échanger, et à sortir de votre zone de confort.

    Nous devons sans cesse partager pour être stimulé et être heureux. Si vous pensiez trouver la sécurité et le réconfort en vous coupant des autres, et bien ce sera tout le contraire. Et plus vous laisserez cette zone de confort se resserrer, plus vous devrez redoubler d’efforts pour retrouver une vie normale.

    L’angoisse et le stress vous assaillent

     

    Bien entendu, tout le monde est sujet au stress et aux angoisses. Mais une perte de confiance en soi va laisser beaucoup plus de place à ces deux protagonistes pour vous diriger. Chaque situation qui vous amènera hors de votre zone de confort, vous fera alors paniquer. Et vous aurez bien plus des difficultés à les gérer.

    Cela s’explique notamment  parce que la perte de confiance en soi nous fait douter de nous même. Nous finissons par nous dévaloriser constamment. Ici, le piège que vous devez absolument éviter est de vous juger sans arrêt comme une personne mauvaise, nulle ou inutile aux autres. Sinon, vous appliquerez inconsciemment cet état d’esprit dans tous les domaines de votre vie, ce qui finira par provoquer de vrais échecs à moyen et long terme.

    Et encore une fois, le cercle infernal se refermera sur vous. Vous vous sentirez alors prisonnier de cet état d’esprit, au point où vous finirez vous même par croire. Pessimisme, perte de motivation au quotidien… La question qui se pose alors, c’est de savoir quels outils appliquer afin de reprendre le contrôle de ses émotions.

    Voici une méthode que j’ai découverte récemment au cours de mes propres recherches, et que je vous partage aujourd’hui. Ça s’appelle le shinrin-yoku ou le bain de forêt. Vous l’aurez sans doute deviner, cette pratique nous vient tout droit du pays du soleil levant, le Japon. Voici comment vous devez procéder afin de la pratiquer dans de bonne  conditions :

    Rendez-vous dans une forêt agréable non loin de chez vous, afin d’y contempler la nature et les arbres. Il s’agit tout bonnement de vous amener à porter attention aux couleurs, aux sons, et aux odeurs. Et c’est finalement une forme de méditation, qui consiste à être présent dans l’environnement qui vous entoure. L’absence de sur-stimulation et la concentration sur votre environnement va alors contribuer à installer une certaine relaxation en vous.

    Selon plusieurs études, se promener en forêt aurait des effets bénéfiques sur le niveau de stress, mais également sur le système immunitaire, l’humeur, la confiance en soi, la forme physique, la mémoire, l’attention, ou encore la créativité.

     

    Ne plus arriver à vivre l’instant présent

     

    Qu’est-ce que cela signifie ?

    J’appelle cela de façon un peu ironique, l’effet « bonus »… Pour être plus précis, c’est le résultat des deux premières conséquences qui se combines. Ainsi, lorsque vous vous serez peu à peu isolé, et que vos angoisses et votre stress seront devenus plus présent, vous commencerez à chercher à vivre par anticipation. C’est un phénomène hélas bien connu des personne en perte de confiance.

    Pour prévenir toutes situations qui vous mettraient en état de stress, vous allez essayer d’imaginer tout ce qui pourrait arriver. Et je parle bien là au conditionnel ! Puisque tous les scénarios que vous allez créer sont souvent plus proche du film dramatique que de la fin heureuse. Un flot de pensées négatives se met à tourner dans votre esprit. Et vous allez faire naître les pires scénarios, seul, dans votre coin. Autant dire que ça ne vous donnera absolument plus envie de sortir de votre zone de confort.

    C’est l’une des raisons qui rends plus difficile le travail de reprise de confiance en soi. Il faut tout simplement s’empêcher de penser… Ou plus précisément, vous allez devoir modifier votre façon de penser, comme si vous deviez hacker votre propre esprit !

    Après la vie par anticipation, viendra la vie dans passé. Ainsi, vous prendrez l’habitude de vivre avec des regrets, parce que vous n’aurez pas su saisir l’opportunité d’agir. C’est une autre des conséquence que l’on s’inflige à soi même. Apprécier les moments simples, sans penser aux risques ou aux conséquences, devient bien plus difficile. Vous êtes coincé entre la peur de ce qui pourrai arriver, et la déception de ce que vous n’avez pas pu faire.

    Voici l’un des outils à maîtriser pour essayer de vivre pleinement. Parce qu’il est impossible pour quiconque de tout anticiper. Savoir se donner des objectifs de vie, sans être paralysé par l’inconnu et l’échec. Oui, cela fait peur. Et oui, vous devrez affronter comme tout le monde certains échecs. Mais soyez conscient des choses également positives qui se réalisent. Arrêter de vouloir tout anticiper, au contraire, agissez plutôt pour provoquer des choses encore plus extraordinaires dans votre vie !

     

    Articles similaires:


  • Comment Eviter Un Conflit ? Triangle De Karpman Ou Triangle Dramatique

    Triangle De Karpman

    Rencontrez-vous beaucoup de conflits non résolus dans vos relations?

    Vous êtes très probablement rivé dans ce que le Dr. Stephen Karpman appelle un triangle dramatique ou le triangle de Karpman.

    Il s’agit d’une schématisation qui tend à exprimer que si une personne utilise un rôle, par exemple la Victime, elle entraîne l’autre à jouer un rôle complémentaire tel que le Sauveur ou le Persécuteur.

    La communication est perturbée et le conflit peut se développer lorsque les protagonistes adoptent ces rôles plutôt que d’exprimer leurs émotions et leurs idées.

    Dans cette vidéo, une excellente explication du principe du triangle de Karpman par Daniel Miron concepteur de « La Méthode Miron ». 

    Il est tout à fait possible d’échapper à ces conflits et c’est ce dont nous allons traiter dans cet article.

    Comment fonctionne le triangle de Karpman?

    Le triangle dramatique est centré sur trois rôles :

    Triangle De Karpman

    1. Le Persécuteur

    Le persécuteur agit sur la victime.

    Si le persécuteur tente de nouer cette relation avec une potentielle victime, celle-ci pourra réagir différemment : adopter une position de victime ou ne pas se laisser faire.

    En effet, la victime peut avoir une part de responsabilité dans le fait d’être victime ou de le rester.

    Le persécuteur peut ne pas être une personne, mais la maladie ou l’alcool. C’est l’élément qui contribue à ce que la victime se place dans cette position.

    2. La Victime

    La victime attire le sauveur qui veut la sauver.

    C’est donc un rôle de choix pour attirer l’attention sur soi quand on sait bien en jouer.

    C’est un rôle qui appelle quelqu’un à être persécuteur, une attente qui sera remplie ou non par l’entourage.

    Le plus souvent, la victime a un problème de dépendance.

    3. Le Sauveur

    C’est un rôle très gratifiant d’un point de vue narcissique, mais qui place l’autre en incapacité.

    Il attend un persécuteur pour justifier son existence et une victime à sauver.

    Le «secret» afin de rester à l’écart de ce triangle dramatique : Éviter de prendre les rôles de victime, de sauveur ou de persécuteur.

    Que faire pour sortir de ces rôles ou ne pas y entrer?

    Triangle De Karpman

    1. Refuser d’être supérieur ou inférieur à l’autre

    Tous ces rôles exigent qu’une personne soit supérieure, bonne et meilleure que l’autre, alors que l’autre doit être inférieure.

    Pour briser cette dynamique de supérieur/inférieur nous devons apprendre à accepter les différences et les similitudes entre nous et l’autre.

    Nous devons reconnaître l’autre comme un individu unique avec ses propres forces, capacités et faiblesses. Accepter l’autre sans jugement du bon ou du mauvais.

    2. Arrêtez d’être une victime

    Ignorer ses propres besoins et ses propres opinions. Céder à ce que veut l’autre, même si cela nous est nuisible, blâmer toutes causes, abandonner ce que nous sommes vraiment?; ce sont des comportements qui nous enclave dans le rôle de victime.

    Cela conduit à un sentiment de passivité et d’impuissance qui nous empêche finalement de prendre les mesures que nous pourrions prendre pour rendre notre vie différente, c’est-à-dire plus heureuse, plus saine et plus libre.

    Afin d’éviter d’être une victime, nous devons être prêt à accepter les circonstances réelles de notre relation avec l’autre.

    Nous devons faire face à nos peurs et prendre de nouvelles actions.

    3. Ne soyez pas un persécuteur

    Donner des directions et dire à l’autre ce que nous voulons plutôt que de le blâmer lui montrera comment se sortir de son rôle de victime.

    Nous serons ainsi également plus susceptibles d’obtenir de sa part une plus grande coopération.

    Cela signifie que si l’autre personne fait quelque chose que nous n’aimons pas, nous le disons ou faisons quelque chose pour y remédier.

    4. Arrêtez de réparer l’autre. Ne soyez pas un sauveteur

    Offrir du secours à l’autre doit être une action, non pas une discussion.

    Ce n’est pas quelque chose à annoncer ni à négocier. Il ne s’agit pas non plus de menacer l’autre.

    Nous devons cesser de discuter, de nous inquiéter de ce que l’autre fera. Nous devons arrêter de nous attendre à ce que l’autre demande notre aide.

    Cela ne signifie pas qu’il faut cesser de se soucier ou d’aimer l’autre personne. Il s’agit de changer notre relation en faisant des choix et en prenant des mesures plus saines afin de mieux aider l’autre.

    Articles similaires:

    • Pas d'articles similaires

  • Que veulent les femmes? Les dernières découvertes sur le désir féminin.

    Les femmes; un sujet qui nous intéresse tous. Ce résumé devrait vous plaire.

    le mystère chez les femmes

    Ce que veulent les femmes et ce qu’en dit la science

    Qui peut honnêtement prétendre connaître ce que veulent les femmes?
    De toute évidence, personne. Les femmes, elles-mêmes, ne peuvent le dire à coup sûr.
    Avec Que veulent les femmes ? Les nouvelles découvertes sur le désir féminin, l’auteur Daniel Bergner, cherche à dévoiler les secrets de la libido féminine, en affirmant que celles-ci ne sont pas vraiment si différentes des hommes.

    Chapitre 2 : Les normes sociales dictent souvent la sexualité des femmes.

    Tout au long de l’histoire, la sexualité des femmes n’a jamais reçu l’attention qu’elle méritait.

    Déjà, dans la mythologie grecque, Pandore- la première femme est considérée comme étant responsable de tous les maux de l’humanité :

    … Pandore, tenant dans ses mains un grand vase, en souleva le couvercle, et les maux terribles qu’il renfermait se répandirent au loin. L’Espérance seule resta. Arrêtée sur les bords du vase, elle ne s’envola point, Pandore ayant remis le couvercle, par l’ordre de Zeus qui porte l’égide et rassemble les nuages. Depuis ce jour, mille calamités entourent les hommes de toutes parts.

    Après que les scientifiques aient découvert le rôle de l’ovaire dans le processus de reproduction, la libido féminine fut étiquetée comme étant d’importance mineure.

    Parce que les femmes pouvaient concevoir indépendamment du fait qu’elles ressentaient du désir, les hommes conclurent qu’il y avait peu de raisons de prêter attention au plaisir féminin.

    En se basant sur le fait que les gènes régulent le comportement des femmes, les psychologues évolutionnistes ont affirmé que ce que veulent les femmes, c’est de garder leurs gènes en sécurité dans une relation durable.

    C’est ainsi que ces psychologues ont développé la théorie de l’investissement parental :

    Puisque l’homme a du sperme en quantité illimitée, et qu’il investit peu dans l’effort de reproduction. Et parce que la femme a un nombre fini d’ovaires, et qu’elle tient un plus grand rôle dans le processus de reproduction. L’homme est donc programmé pour propager sa semence, alors que la femme doit choisir soigneusement son partenaire pour vivre sur le long terme.

    Chapitre 3 : En ce qui concerne le sexe, l’homme peut être un animal, mais la femme aussi.

    Les hommes sont souvent comparés à des animaux. On dit même que comme nos amis les bêtes, ils sont facilement contrôlés par les régions les plus faibles de leur cerveau.

    Le sexe masculin est ce qu’il y a de plus léger au monde, une simple pensée le soulèveSan Antonio

    À cet égard, la femme jouit d’un statut beaucoup plus respectable; elle est rarement comparée à un animal en matière de sexualité.

    Au contraire, la femme est reconnue pour sa recherche de sécurité émotionnelle et son comportement monogame — l’opposé des désirs sauvages de l’homme.

    En réalité, la portée et la puissance de la volonté de la femme sont largement sous-estimées, sinon complètement mal comprises.

    Certaines recherches ont tenté d’analyser les mythes entourant la libido féminine et ce que veulent les femmes :

    Lors d’une expérience, des chercheurs ont demandé à des femmes et des hommes de regarder une variété de scènes : rapports hétérosexuels et homosexuels, masturbation et même des accouplements entre bonobos.

    Les conclusions furent plutôt étonnantes : les femmes, quelle que soit leur orientation sexuelle, paraissaient excitées par toutes sortes d’images, même celles de singes en train de s’accoupler.

    Par contre, la réaction des hommes fut bien plus prévisible.

    Plus intéressant encore, cette étude a montré que les femmes comprennent souvent mal leur propre désir; elles se disaient totalement indifférentes aux images des bonobos, tandis que leur corps montrait des signes évidents d’excitation.

    Chapitre 4 : La sexualité féminine est complexe par son anatomie et l’environnement social.

    De nombreux arguments ont été avancés pour expliquer la différence entre les hommes et les femmes dans la prise de conscience de leur propre sexualité.

    Le corps d’un homme l’informe presque toujours s’il est sexuellement intéressé par un partenaire.

    Pour la femme, par contre, il en est tout à fait autrement?; son corps émet souvent des messages qui sont difficiles à interpréter.

    Les psychologues ont depuis longtemps été convaincus que ce que veulent les femmes, c’est avant tout de créer un lien affectif, mais une étude a démontré le contraire:

    Dans une autre expérience, celle-ci impliquant des bandes audio pornographiques, les chercheurs ont découvert qu’un certain type de scénario déclenche une excitation particulière chez la femme : les histoires érotiques impliquant un étranger.

    Les résultats ont ainsi montré que le désir des femmes ne correspond pas nécessairement aux normes sociales, et semble démentir l’hypothèse que la libido féminine se nourrit uniquement de connexion émotionnelle.

    Chapitre 5 : l’observation des animaux ouvre une fenêtre sur la libido des femmes.

    À quel point pensez-vous que le sexe chez les singes ressemble à celui des êtres humains? En fait, ils sont assez similaires.

    Contrairement aux femelles singes et rats, de nombreuses femmes ne laissent pas libre cours à leur désir.

    Mais une étude récente a montré que certains comportements féminins se rapprochent de celui des hommes; un consommateurs sur trois de pornographie est une femme.

    Chapitre 6 : certaines normes sociales peuvent expliquer le développement de certains types de fantasmes.

    La complexité du désir féminin peut être explorée à travers ses fantasmes.

    L’auteur affirme qu’aussi choquant que cela puisse paraître, les femmes fantasment parfois d’actes d’agressions sexuelles.

    Aux cours des quatre dernières décennies, neuf enquêtes différentes ont permis d’interroger des femmes pour savoir si elles n’ont jamais fantasmé d’être dans une situation de contrainte lors de rapport sexuel.

    Après avoir collecté le témoignage de 355 femmes, l’étude a révélé qu’environ 62 pour cent d’entre elles avaient eu des fantasmes de contraintes sexuelles au moins une fois.

    Il semblerait donc que les pulsions sexuelles des femmes dépendent fortement de la mesure dans laquelle elles se sentent désirées par leur partenaire.

    Une autre théorie postule que la peur pourrait également jouer un rôle dans l’éveil du désir chez certaines femmes.

    Les scientifiques théorisent également sur le fait que ces fantasmes aideraient les femmes à éradiquer la culpabilité de leur désir — en particulier dans les cultures où le sexe est un sujet tabou.

    Par exemple, elles pourraient fantasmer d’être violées, parce que de cette façon, elles n’auraient aucune raison d’avoir honte d’avoir des besoins sexuels.

    Chapitre 7 : la monogamie pourrait ne pas être la forme de relation idéale.

    En explorant les problèmes psychologiques et physiques liés au désir, les chercheurs ont découvert des résultats fascinants?; ils ont constaté que les problèmes sexuels des femmes sont généralement plus psychologiques que génitaux ou hormonaux.

    En outre, une étude a révélé que le désir des femmes avait tendance à se dissiper plus rapidement que celui des hommes.

    Le frisson d’une nouvelle relation pourrait facilement annuler les effets hormonaux. La raison peut être tout simplement le manque de désir de l’homme pour sa partenaire.
    La femme infidèle a des remords?; la femme fidèle a des regrets.Proverbe japonais

    La théorie stipulant que les femmes seraient effectivement plus excitées quand elles font l’objet du désir, semble donc être une

    explication plausible.

    Chapitre 8 : les phénomènes psychologiques et physiques qui entourent la libido féminine sont fortement débattus.

    Ce que veulent les femmes au sujet de leur sexualité a été au centre de nombreuses discussions et études tout au long du XXe siècle.
    Jusqu’à ce que les théories de Freud soient contestées dans les années 1970, la sexualité des femmes avait été en grande partie liée à la psychanalyse.
    D’après Freud, les femmes axées uniquement sur la stimulation clitoridienne auraient une approche immature de leur sexualité.
    Dans les années 1970, les féministes ont fait valoir que le plaisir d’une femme ne dépendait pas uniquement de son vagin. Et dans les années 1980, le sujet est passé du clitoris au point G.

    Alors qui a raison?

    Difficile à dire, mais une chose est acquise : certaines femmes sont en mesure d’atteindre l’orgasme sans avoir besoin de contact physique. Ce qui semble prouver que le cerveau est un organe sexuel aussi puissant que tout autre.

    Chapitre 9 : le speed dating offre un aperçu intéressant des mécanismes de séduction.

    Les évènements de speed dating sont des occasions fascinantes pour les chercheurs d’étudier les mécanismes de séduction :
    Chaque femme est assise à une table. Ensuite, chaque homme s’assoit pour une conversation de quatre minutes. Lorsque son temps est écoulé, il se lève et se déplace à la table suivante.

    Dans ce système de fonctionnement, les femmes semblent être beaucoup plus pointilleuses dans leurs choix.

    Cela semble corroborer la théorie des parapsychologues évolutionnistes :

    Les hommes sont programmés pour inséminer autant de femmes que possible, tandis que ce que veulent les femmes, c’est choisir leur compagnon très soigneusement pour assurer la sécurité de leur progéniture.
    Cependant, une nouvelle approche de speed dating a récemment mis en doute cette conclusion.
    Les résultats sont tout à fait différents quand ces femmes se déplacent de table en table, tandis que les hommes restent assis.
    Curieusement, elles acceptent alors une deuxième rencontre aussi souvent que les hommes.
    Alors, que pensez de tout cela?
    Cet enchevêtrement d’hypothèses et de théories non prouvées ne peut signifier qu’une chose : ce que veulent les femmes restent encore, pour la plupart, un grand mystère.

    Si vous désirez acquérir le livre, CLIQUEZ CI-DESSOUS!!

    Articles similaires:


  • Jan Koum: Comment je suis passé d’homme de ménage à milliardaire en créant WhatsApp

    Articles similaires:

    • Pas d'articles similaires

  • Êtes-vous conscient de votre vraie valeur?

    conscient de sa valeur

    Pierre Corneille, le grand dramaturge français du XVIIe siècle fait dire à Don Rodrigue, dans Le Cid : «Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années». Dans cette affirmation, Il voulait exprimer le fait que le talent et les dons innés n’ont pas besoin d’attendre les années de maturité pour s’exprimer.

    Vous avez certainement lu ou entendu cette citation de Corneille quelque part! En effet, la sagesse n’est pas forcément une affaire de vieillesse, le jeune peut bien l’acquérir; pourvu que son esprit soit bien disposé.

    Vous avez sans doute de la valeur mais vous ne le savez peut-être pas, ou alors vous n’en êtes pas conscient. Peut-être aussi ne savez-vous pas comment vous y prendre. Dans cet article, nous allons voir comment faire pour laisser votre lumière intérieure briller.

    Commencer par ne plus vous dévaloriser.

    Souvent de nombreuses personnes acceptent de vivre plus bas que ce qu’elles pourraient. Elles ne sont pas conscientes de leur propre valeur et se mettent volontairement en « veilleuse ». Elles acceptent facilement de subir plutôt que de se réveiller.

    Elles se complaisent dans des situations qui visiblement ne les satisfait pas. Elle disent difficilement non et parfois ne s’autorisent même plus à rêver. Elles parlent difficilement de ce qui les concerne et se sentent mal à l’aise lorsqu’elles doivent s’affirmer au milieu de leur amis. Elles ont à ce moment un sentiment de culpabilité. Si vous vous reconnaissez dans tout ce que je viens de décrire, je pense qu’il est temps pour vous de vous réveiller de votre sommeil et de reprendre confiance en vous.

    Dernièrement, je discutais avec un homme qui a développé un sentiment d’infériorité et un manque d’estime de soi du fait de la comparaison entre sa situation matérielle, professionnelle et sentimentale, et celles de ses petits frères qui eux, réussissaient à tous les niveaux.

    Ces sentiments l’ont longtemps amené à supporter des situations qui ne lui plaisaient pas. Face à leur réussite, leur situation professionnelle et/ou leur compte en banque, cet homme se laissait entraîner, même inconsciemment, à nourrir peu à peu un sentiment de dévalorisation qui aura tôt fait de s’installer vis à vis de ses frères. En fait, il avait un sentiment global de malaise dont il ignorait certainement l’origine.

    La plupart d’entre nous avons une vision de la réussite qui repose sur ce que la société dit de nous. La société veut nous amener à croire que la valeur que nous avons ne peut provenir que de ce qu’elle pense de nous. Ne vous laissez surtout pas abuser par cette manière de voir les choses.

    Pour sortir de ces pensées négatives que vous avez sur votre personne, prenez le temps de vous examiner et de vous retrouver avec vous-même. Posez-vous des questions sur votre façon de conduire votre vie, et ce régulièrement, afin d’être bien sûr d’être sur votre propre chemin, et non sur le chemin de quelqu’un  d’autre, et surtout de s’assurer d’être en paix et en accord avec soi-même. N’hésitez surtout pas à le faire surtout lorsque votre corps vous envoie des signaux de mal être.

    Prendre conscience de sa « vraie » valeur

    Vous l’avez certainement remarqué autour de vous, que ce soit au niveau personnel ou professionnel, les personnes qui sont sûres d’elles réussissent dans leur vie et ont bien souvent de très bons salaires. Tout simplement parce qu’elles ne doutent pas et croient en leurs propres talents. Cela ne veut pas dire avec orgueil et prétention, mais simplement, sereinement, en développant la force tranquille de celui (celle) qui sait que sa place, quelle qu’elle soit, y compris dans le moment présent, et que son être tout entier, font partie intégrante du Plan Divin.

    Ne posez plus de conditions à votre « vraie » valeur.

    On a parfois tendance à lier notre valeur aux résultats qu’on obtient (ou pas).

    Ex : quand j’aurais eu davantage de clients, je me sentirais plus confiante, je saurais que je peux y arriver. Si je ne remplis pas cet atelier, ça veut dire que je suis nulle etc…

    Vous vous reconnaissez ?  Vous êtes bien plus que ça !
    Transformez ces conditions avec audace :

    Ex : Lorsque j’ose contacter des prospects, je reconnais ma valeur et j’augmente ma confiance. Lorsque je m’écoute et m’autorise à prendre une pause, je reconnais ma valeur et je suis fière de moi. Quand je suis bienveillante envers mes clients ou moi-même, je reconnais ma valeur et je me sens légitime.

    N’essayez plus de plaire à tout le monde.

    Clarifiez ce qui est important pour vous, ce que vous voulez pour votre vie et votre activité. Ne vous attardez plus sur les comparaisons. Rappelez-vous que lorsque vous vous comparez à une personne, vous ne vous comparez pas à une réalité objective mais vous vous comparez en fait avec l’image que cette personne renvoie et la perception que vous en avez.

    Concentrez-vous plutôt sur le meilleur que vous pouvez donner aux autres et qui n’attendent que ça, ceux que vous pouvez aider le mieux, ceux pour qui vous faîtes ce métier qui vous passionne tant.  Pour eux, votre valeur est indiscutable. Travaillez à les identifier et à les trouver.

    Enfin, peu importe ce que vous avez. Votre « vraie » valeur va bien au delà de vos possessions matérielles. Votre valeur est ce que vous êtes, ce que vous dégagez, ce que vous faites. Votre valeur se trouve dans votre potentiel, dans tout ce que vous exprimez, dans tout ce que vous faites et dites dans la joie et dans l’amour.

    Votre valeur s’exprime lorsque vous rayonnez dans l’amour que vous avez en vous et le partager autour de vous. Votre valeur se révèle lorsque vous dépassez vos limites afin d’aller vers vous. Votre valeur n’a pas d’égo, elle ne doit être qu’amour. Vous êtes riche de qui vous êtes dès lors que vous l’exprimez.

     

    Articles similaires:


  • Les 6 Clés De La Confiance En Soi Par Nathaniel Branden

    confiance en soi

    Il existe un grand nombre de méthodes pour améliorer la confiance en soi, mais que savons-nous réellement de ce concept psychologique extrêmement important?

    Nathaniel Branden, l’auteur du livre, «Les six clés de la confiance en soi» s’est inspiré d’une vie entière de pratique et de recherche pour nous donner une définition compréhensible.

    Cet article vous fera découvrir les six différentes pratiques journalières à effectuer pour développer une plus grande confiance en soi.

    La confiance en soi est notre système immunitaire pour être au meilleur de notre forme. Elle fournit la force, la résistance, et la capacité pour nous régénérer. Comme pour notre système immunitaire, elle est innée et essentielle pour faire face aux difficultés de la vie.

    La confiance en soi, c’est se battre pour notre droit au bonheur et faire face aux défis en toute confiance.

    Un manque de confiance en soi se manifeste en général de la façon suivante : nous faisons des choix qui font que nos pensées négatives au sujet des autres deviennent une réalité et qui en même temps nous détruis.

    À l’opposé, si nous avons une haute estime de soi, nous sommes moins enclins à créer des problèmes pour nous-mêmes, et nous sommes également plus persévérants face aux difficultés.

    La façon dont nous avons de nous voir détermine fortement notre réponse face aux défis — c’est le pouvoir de la confiance en soi.

    Mais qu’avons-nous besoin de faire pour développer notre confiance en soi?

    Parcourons ensemble les 6 clés de la confiance en soi qui vont nous guider:

    Le premier pilier : La pratique de vie consciente.

    Cela commence par un changement d’état d’esprit. Si nous voulons développer la confiance en soi, nous devons en premier lieu commencer par vivre consciemment.

    Vivre consciemment signifie simplement être capable de faire la différence entre trois systèmes de perceptions : les faits, l’interprétation, et les émotions.

    Posez-vous des questions simples au cours de votre journée telle que : «Qu’est ce que je ressens en ce moment?» «Pourquoi je ressens cela?» et «Est ce que mes actes sont en accord avec mes sentiments?».

    Vivre consciemment n’est pas uniquement un état d’esprit — c’est également une pratique. Nous avons besoin de continuellement chercher des informations dans notre environnement et ajuster nos actes en conséquence.

    Vivre consciemment de cette manière fournit une compréhension fondamentale de nous-mêmes qui est un prérequis pour nourrir notre bien-être.

    Le second pilier : Apprendre à s’accepter.

    Lorsque nous choisissons de nous valoriser, nous pratiquons l’acceptation de soi qui est le deuxième pilier de la confiance en soi.

    Par exemple, avez-vous fait quelque chose au cours de ces dernières semaines que vous regrettez? Parler mal à propos d’une personne, ou négliger quelque chose que vous n’auriez pas dû?

    Si vous arrivez à accepter pourquoi vous agissez de telle façon, vous réduirez les risques que ces comportements indésirables se reproduisent.

    Si vous ne vous acceptez pas tel que vous êtes, vous ne trouverez jamais la force de vous améliorer, car vous dépenserez votre énergie à angoisser sur vos lacunes.

    Le troisième pilier : La pratique de l’autoresponsabilité.

    Cela implique de prendre contrôle de votre existence et de votre bonheur en étant concentré sur les solutions aux problèmes de votre vie. Vous devez vous poser la question suivante; «Qu’est ce que je peux bien faire pour changer cela»

    N’essayez pas de reporter la faute sur les autres, prenez la responsabilité de votre comportement.

    Le quatrième pilier : L’affirmation de soi.

    Il s’agit de défendre nos opinions — chose bien plus difficile à faire que ce que l’on croit.

    L’affirmation de soi, c’est simplement être ouvertement soi même. Vous devez avoir la conviction que vos opinions sont importantes.

    Par exemple, imaginez que vous êtes dans une fête, et vous entendez une remarque raciste que vous estimez offensante. Avoir le courage de se lever et d’exprimer son opinion c’est pratiquer l’affirmation de soi.

    À chaque fois que vous vous exprimez, ou que vous vous levez pour défendre vos valeurs, vous renforcez votre confiance.

    Le cinquième pilier : Avoir un objectif de vie.

    En développant notre confiance, il est essentiel de définir en premier lieu nos objectifs de vie.

    En nous demandant ce que nous voulons et où nous voulons aller, nous commençons déjà à appliquer le cinquième pilier de la confiance en soi : Avoir un objectif de vie.

    Le sixième pilier : Avoir de l’intégrité.

    La confiance en soi dépend de mettre en accord nos actes et nos objectifs. Cela implique également de mettre en accord nos comportements et nos mots, ce qu’on appelle avoir de l’intégrité.

    Ce trait peut se manifester dans un nombre de petites choses au quotidien comme par exemple tenir ses promesses, ou dire la vérité même si mentir peut rendre la situation plus plaisante.

    Avoir de l’intégrité peut être le plus difficiles des piliers à mettre en pratique. Pourtant il est tellement vital pour développer la confiance en soi que vous ne devriez pas laisser votre entourage tenter le sacrifier.

    Il y’a un autre facteur qui peut avoir une grande influence sur la confiance en soi?; les personnes qui sont avec nous depuis le début de notre existence, nos parents.

    Si des parents amènent à faire croire à leur enfant que quelque chose ne va pas chez lui, un manque de confiance peut rapidement se développer.

    Conclusion

    Le message le plus important du livre est que la confiance en soi est un besoin fondamental qui nous permet de mieux faire face aux difficultés.

    Mettez en pratique les six piliers afin de développer la confiance en soi; vivre consciemment, s’accepter comme on est, l’auto-responsabilité, l’affirmation de soi, vivre avec un objectif de vie, et avoir de l’intégrité.

    CLIQUEZ CI-DESSOUS SI VOUS DÉSIREZ ACQUÉRIR CE LIVRE

     

     

    Articles similaires:


  • La Magie De Voir Grand : Fixez-vous des buts élevés et dépassez-les !

    Voir grand

    La magie de voir grand : Des millions de lecteurs à travers le monde ont acquis le secret du succès à travers les conseils délivrés dans cet ouvrage!

    Ayant lu un certain nombre de livres sur le développement personnel, je puis vous affirmer que « La magie de voir grand » de David Schwartz est sans conteste pour moi l’un des meilleurs.

    Je vous propose ci-dessous un résumé assez complet de la version anglaise du livre.

    En espérant que vous en retirerez des idées qui vous aideront sur votre chemin vers la réussite.

    Introduction : Ce que ce livre vous apportera.

    Dans chaque chapitre de ce livre, vous trouverez des dizaines d’astuces, d’idées pratiques, de techniques et de principes qui vous permettront d’exploiter votre puissance de penser.

    Vous découvrirez non seulement ce qu’il faut faire, mais ce qui est encore plus important, vous apprendrez comment appliquer chaque principe à des situations et des problèmes réels.

    Chapitre 1. Croire pour réussir.

    Très peu de gens croient qu’ils peuvent déplacer des montagnes et par conséquent, très peu de gens y arrivent. Vous pouvez gagner en confiance en croyant que vous pouvez réussir.

    Voici les trois guides pour renforcer la force de votre foi :

    1. Pensez «succès», ne pensez pas «échec». Soyez convaincu que vous pouvez réussir et vous conditionnerez votre esprit à créer des plans qui produiront votre succès. Imaginer que vous allez échouer conditionne votre esprit à générer d’autres pensées qui amènent à l’échec.

    2. Rappelez-vous régulièrement que vous êtes meilleur que ce que vous pensez. Les gens qui réussissent ne sont pas des surhommes. Le succès ne nécessite pas un super intellect. Il n’y a absolument rien de mystique dans le succès et il ne repose pas sur la chance. Les gens qui réussissent ne sont que des gens ordinaires qui ont développé la foi en eux-mêmes et en ce qu’ils font.

    3. Pensez grand. L’importance de votre succès est déterminée par la grandeur de votre croyance. Si vous développez de petits objectifs, attendez-vous à atteindre de petits résultats. Développez de grands objectifs et atteignez de grands résultats.

    Rien, absolument rien dans cette vie ne donne plus de satisfaction que de savoir que vous êtes sur la route du succès et de la réussite. Il n’y a pas de plus grand défi que de faire de vous-même une personne meilleure.

    Chapitre 2. Échapper à l’excusite, la maladie de l’échec.

    Au plus un individu a du succès, au moins il est sera enclins à faire des excuses. Les personnes qui n’arrivent que rarement au bout de ce qu’elles entreprennent sont excellentes pour expliquer pourquoi elles n’ont pas atteint leurs objectifs.

    Les quartes formes les plus courantes d’excuses sont :

    1. La mauvaise santé, sous mille formes différentes, est utilisée comme excuse pour refuser de plus importantes responsabilités, échouer à gagner plus d’argent, et échouer atteindre la réussite.

    2. Les excuses liées à l’intelligence sont tout aussi communes. C’est si commun que plus de 95 % des gens autour de nous l’utilisent à des degrés divers.

    3. L’excuse de l’âge qui nous fait dire que nous sommes trop vieux ou trop jeunes pour accomplir un objectif est également extrêmement paralysante.

    4. aucun jour ne passe sans que vous n’entendiez quelqu’un blâmer ses problèmes sur la malchance. Il est très rare que vous n’entendiez pas quelqu’un attribuer le succès d’une autre personne à la chance.

    Les personnes qui réussissent dans leurs occupations et entreprises telles que la vente, le droit, l’ingénierie, la comédie, ou tout autre, ont des attitudes supérieures et utilisent leur bon sens pour avancer.

    Chapitre 3. Briser vos peurs et prendre confiance en vos capacités.

    Oui, la peur est réelle. Et nous devons reconnaître qu’elle existe avant que nous puissions là conquérir. De nos jours, la plupart des peurs sont d’ordre psychologique. L’inquiétude, la tension, l’embarras, les paniques découlent tous de pensées négatives.

    L’espoir est un début, mais elle a besoin d’action pour être victorieuse. Passez rapidement à l’action. Soyez décisif. Faites ce qui est juste et prenez confiance. Ayez les bons comportements chaque jour et vous commencerez à ressentir les émotions correspondantes.

    Mettez en pratique ces cinq méthodes :

    1. L’action guérit la peur. Isolez votre peur et prenez ensuite des mesures constructives. L’inaction renforce la peur et détruit la confiance.

    2. Faites un effort pour ne mettre que des pensées positives dans votre esprit. Ne laissez pas les pensées négatives se transformer en un monstre mental. Refusez tout simplement de vous souvenir d’événements ou de situations désagréables.

    3. Rappelez-vous que les gens sont bien plus semblables qu’ils ne sont différents. Ayez une vision réaliste des autres. Beaucoup de gens aboient, mais il est rare qu’ils mordent.

    4. Mettez en pratique ce que votre conscience vous dicte de faire. Cela vous évitera de développer un complexe de culpabilité. Faire ce qui est juste est une des règles les plus importantes pour réussir.

    5. Marchez 25 % plus rapidement et dites ce que vous pensez.

    Chapitre 4. Voir grand.

    Le succès ne se mesure pas en kilos, en centimètre ni par les diplômes, ou les antécédents familiaux?; il est évalué par la grandeur de votre vision. Le niveau auquel nous voyons grand détermine le niveau de nos réalisations. Voyez donc aussi grand que possible.

    Pour voir grand, vous devez utiliser des mots et des phrases qui produisent des images mentales puissantes et positives.

    Regardez les choses non comme elles sont, mais comme elles pourraient l’être. Un grand penseur visualise toujours ce qui peut être fait dans le futur.

    Rappelez-vous que voir grand fini toujours par payer :

    1. Ne vous vendez pas à bas prix. Combattez l’autodestruction et concentrez-vous sur vos forces, car vous êtes meilleur que ce que vous pensez.

    2. Utilisez le vocabulaire des grands penseurs. Utilisez des mots qui incitent à la victoire, l’espoir, le bonheur, le plaisir; évitez les mots qui produisent des images négatives et de défaite.

    3. Étirez votre vision. Voyez ce qui peut être fait et pas seulement ce qui existe déjà.

    4. Considérez votre job actuel comme important. Votre prochaine promotion dépendra surtout de la façon dont vous considérez votre emploi actuel.

    5. Concentrez votre attention sur les grands objectifs. Avant de vous lancer dans de nouveaux projets, demandez-vous si c’est vraiment important.

    Chapitre 5. Penser et rêver de façon créative.

    La plupart d’entre nous associent la pensée créatrice avec des choses comme la découverte du vaccin contre la polio, l’électricité, l’écriture d’un roman ou l’invention de la télévision couleur. Mais la pensée créatrice n’est pas uniquement réservée à certaines professions ni est elle limitée aux personnes super-intelligentes.

    Développer sa pensée créatrice, c’est tout simplement trouver de nouveaux moyens de faire les choses plus efficacement.

    Pour réaliser quelque chose, nous devons d’abord croire que cette chose peut être faite. Lorsque vous êtes persuadé que vous pouvez y arriver, votre esprit va travailler pour vous et vous aider à trouver les moyens d’atteindre ce que vous voulez.

    Croire libère le pouvoir créatif. Votre esprit trouvera un chemin si vous le laissez faire.

    1. Croyez au fait que vous pouvez y arriver. Quand vous croyez que quelque chose peut être fait, votre esprit saura trouver les moyens d’y arriver. Croire à une solution ouvre la voie à la solution. Éliminez de votre vocabulaire et de votre pensée des mots tels que «impossible», «ça ne fonctionne pas», «Ce ne peut être fait», «pas la peine d’essayer».

    2. Ne laissez pas les mauvaises habitudes de penser paralyser votre esprit. Soyez réceptifs aux nouvelles idées. Expérimentez. Essayez de nouvelles approches. Soyez progressifs dans tout ce que vous faites.

    3. Posez-vous la question chaque jour, «Comment puis-je faire mieux?», car il n’y a aucune limite à l’amélioration. Les réponses apparaîtront. Essayez et vous verrez.

    4. Demandez-vous, «Que puis-je faire de plus?», car la capacité est un état d’esprit. Vous poser cette question entraîne votre esprit à travailler à trouver des raccourcis.

    5. Restez toujours curieux et soyez toujours à l’écoute des autres. Demandez, écoutez et vous aurez de la matière première pour prendre des décisions rationnelles. Rappelez-vous que les personnes à succès monopolisent l’écoute; les autres gens monopolisent la parole.

    6. Éveillez votre esprit. Restez stimulé. Associez-vous avec des gens qui peuvent vous aider à découvrir de nouvelles idées, de nouvelles façons de faire les choses. Rencontrez des personnes de différents intérêts professionnels et sociaux.

    Chapitre 6. Agir à l’image de vos pensées.

    Nous recevons le genre de traitement que nous pensons mériter. Pour être importants, nous devons être persuadés que nous le sommes vraiment, ensuite les autres le penseront également. Votre manière de penser détermine votre manière d’agir. La manière dont vous agissez détermine à son tour comment les autres réagissent envers vous.

    Améliorez votre façon de penser. Penser comme les gens importants.

    Gravez dans votre esprit la question suivante : «Est-ce la façon dont une personne à succès agirait?»

    1. Donnez-vous une apparence importante?; cela vous aidera à réfléchir de manière importante. Votre apparence influence les autres. Assurez-vous que cela vous donne le moral et développe votre confiance. Assurez-vous qu’on dise de vous : «Voici une personne intelligente, prospère et de confiance».

    2. Pensez que votre travail est important et vous recevrez des signaux sur la façon de mieux faire votre travail.

    3. Donnez-vous des mots d’encouragement plusieurs fois par jour. Rappelez-vous à chaque occasion que vous êtes une personne de première classe.

    4. Dans toutes les situations de la vie, demandez-vous, «Est-ce la façon dont une personne importante pense?» Puis écoutez et suivez la réponse.

    Chapitre 7. Contrôler votre environnement et vivre en première classe.

    Le corps est ce dont il est nourri. De la même façon, l’esprit est ce dont il est alimenté.

    Demandez conseil uniquement aux gens de première classe. Demander conseil à une personne qui échoue dans tout ce qu’elle entreprend c’est comme consulter un charlatan sur la façon de guérir le cancer.

    Soyez toujours à la première classe dans tout ce que vous faites, y compris pour les produits et services que vous achetez. Développez un instinct pour la qualité. Cela paye et sur le long terme, cela coûte souvent moins cher que les choses de deuxième classe.

    1. Soyez soucieux de l’environnement. Tout comme l’alimentation du corps construit le corps, une bonne hygiène de l’esprit développe l’esprit.

    2. Faites en sorte que votre environnement travaille pour vous et non pas contre vous. Ne pas laisser les personnes négatives vous empoisonner l’esprit.

    3. Ne laissez pas les gens avec un esprit étroit vous retenir. Les jaloux veulent vous voir trébucher. Ne leur donnez pas cette satisfaction.

    4. Obtenez vos conseils auprès des gens qui ont réussi, car votre avenir est important.

    5. Intégrez de nouveaux groupes. Découvrez de nouvelles choses stimulantes à faire.

    6. Éviter les commérages. Lorsque vous parlez des gens, restez sur le côté positif.

    7. Soyez de première classe dans tout ce que vous faites. Vous ne pouvez pas vous permettre d’avancer autrement.

    Chapitre 8. Mettre vos attitudes de votre côté.

    Nous observons les attitudes à travers nos expressions, les tons de voix et les inflexions. Les bonnes attitudes vous rendent efficace dans vos relations aux autres et vous permettent de vous développer en tant que leader.

    Cultivez ces trois attitudes et faites-en vos alliés :

    1. Cultivez l’attitude «Je suis enthousiaste»

    Les résultats viennent en proportion de l’enthousiasme investi. Quand vous êtes intéressé par quelque chose, approfondissez et apprenez davantage sur le sujet.

    2. Cultivez l’attitude «Je suis important»

    Les gens font plus pour vous quand vous les faites se sentir important. Faites preuve d’appréciation à chaque occasion et appelez les gens par leur nom.

    3. Cultivez l’attitude «Service en premier»

    Faites-en une règle dans tout ce que vous faites. Donnez aux gens plus que ce qu’ils attendent.

    Chapitre 9. Adopter la juste attitude à l’égard d’autrui.

    Le succès dépend de l’aide des autres personnes. Le seul obstacle entre vous et ce que vous voulez être dépend du soutien des autres.

    Voici quelques principes à suivre :

    1. Apprendre à se souvenir des noms. Ne pas se souvenir du nom de votre interlocuteur peut indiquer votre manque d’intérêt.

    2. Soyez une personne décontractée avec qui il fait bon être.

    3. Soyez détendu et facile à vivre. Que les choses ne vous hérissent pas.

    4. Ne soyez pas égoïste. Ne donnez pas l’impression que vous savez tout.

    5. Soyez une personne intéressante afin que les autres qui vous entourent obtiennent quelque chose de valeur en votre compagnie.

    6. Apprenez à connaître vos défauts surtout ceux dont vous n’êtes pas conscient.

    7. Tentez d’aplanir tous les malentendus que vous avez avec les autres.

    8. Pratiquez toujours à aimer les autres jusqu’à ce que cela devienne automatique.

    9. Ne manquez jamais une occasion de célébrer la réalisation des autres, ou d’exprimer de la sympathie dans leur moment de tristesses ou de déceptions.

    10. Donnez de la force spirituelle aux autres et ils vous donneront une véritable affection.

    Rappelez-vous que la majorité des personnes préfère plutôt parler d’eux-mêmes que de toute autre chose au monde. Lorsque vous les laisserez faire, elles vous aimeront pour cela.

    Chapitre 10. Prendre l’habitude d’agir.

    Avoir une excellente idée n’est pas suffisant. Une bonne idée suivie par une action est 100 % meilleure qu’une idée formidable qui meurt par manque d’action.

    Attendre que l’ensemble des conditions soit parfait c’est attendre indéfiniment. Donner à vos idées de la valeur en passant à l’action.

    Pratiquez ces points clés :

    1. Soyez une personne d’action. Quelqu’un qui fait des choses. Soyez un faiseur.

    2. N’attendez pas jusqu’à ce que les conditions soient parfaites. Elles ne le seront jamais. Attendez-vous à des obstacles, à des difficultés et à devoir les résoudre au fur et à mesure qu’elles surviendront.

    3. Rappelez-vous que les idées ne suffissent pas à amener le succès. Les idées prennent de la valeur que lorsque vous agissez.

    4. Prenez des mesures pour remédier à vos peurs et prendre confiance en vous. Faites ce que vous craignez et la peur disparaîtra.

    5. Vivez dans l’instant présent. Les mots comme «Demain», «la semaine prochaine», «plus tard», sont souvent synonymes du mot «échec». Soyez une personne «je commence dès maintenant».

    6. Ne perdez pas de temps inutile à vous préparer à agir. Commencez à agir de suite.

    7. Prenez des initiatives. Soyez bénévole. Montrez que vous avez la capacité et l’ambition de faire des choses.

    Chapitre 11. Transformer l’échec en victoire.

    La défaite est seulement un état d’esprit et rien de plus. Conditionnez-vous à réussir de la manière suivante : rappelez-vous que vous voulez être aussi parfait qu’il est humainement possible de l’être. Rappelez-vous que vous voyez dans toute situation ce que vous voulez bien voir. Car la différence entre le succès et l’échec se trouve dans ses attitudes envers les revers, les handicaps, les découragements, et d’autres situations.

    Voici cinq repères pour vous aider à transformer les défaites en victoires :

    1. Apprenez de vos échecs pour paver votre chemin vers le succès. Lorsque vous perdez, apprenez, et puis continuez à avancer pour gagner la prochaine fois.

    2. Ayez le courage d’être votre propre critique. Cherchez vos défauts et vos faiblesses et corrigez-les. Cela fera de vous un professionnel.

    3. Arrêtez de blâmer la chance. Rappelez-vous que blâmer la chance n’a jamais aidé personne à aller là où elle volait aller.

    4. Mélangez persistance et expérimentation. Restez concentré sur votre objectif, mais ne vous frappez pas la tête contre un mur de pierre. Essayez de nouvelles approches et tentez de nouvelles expériences.

    5. Rappelez-vous qu’il y a un bon côté dans chaque situation — trouvez-le.

    Chapitre 12. Progresser en vous fixant des objectifs.

    Un but est un objectif et un objectif est plus qu’un rêve; c’est un rêve pour lequel une action est prise.

    Rien ne se passe, aucun progrès n’est réalisé tant qu’un but n’a pas été établi. Sans objectifs, nous déambulons simplement à travers la vie.
    Les objectifs sont aussi essentiels à la réussite que l’air est à la vie, car sans objectifs nous ne pouvons pas grandir.

    Les gens sont jugés par la taille de leurs rêves. Personne ne réalise plus que ce qu’il vise à accomplir.

    Mettez ces principes suivants en application :

    1. Ayez une vision claire de là où vous voulez aller. Créer une image de vous-même dix ans à partir de maintenant.

    2. Rédigez votre plan sur dix ans. Votre vie est trop importante pour être laissé au hasard. Mettez sur papier ce que vous voulez accomplir dans votre vie professionnelle, et votre vie sociale.

    3. Abandonnez-vous à vos désirs. Fixez des objectifs pour obtenir plus d’énergie. Fixez des objectifs pour faire avancer les choses. Fixez des objectifs et découvrez les vrais plaisirs de la vie.

    4. Atteignez votre objectif une étape à la fois. Considérez chaque tâche que vous effectuez comme une étape vers votre objectif.

    5. Construisez des objectifs sur trente jours.

    6. Prenez des détours si nécessaires. Un détour signifie simplement une autre voie. Il ne doit jamais signifier abandonner votre objectif.

    7. Investissez en vous-même. Entourez-vous des choses qui construisent la force mentale et développe l’efficacité.

    Chapitre 13. Penser comme un leader.

    Obtenir le soutien et la coopération des autres exige la capacité de leadership. C’est la capacité de diriger les autres à les amener à faire des choses qu’ils ne feraient pas sans vous. Mais pour amener les autres à faire ce que vous voulez qu’ils fassent, vous devez voir les choses à travers leurs yeux.

    Pour être un leader plus efficace, mettez ces quatre principes de leadership en pratique :

    1. Commercer avec les personnes que vous souhaitez influencer. Il est facile d’obtenir les autres de faire ce que vous voulez qu’ils fassent si vous voyez les choses à travers leurs yeux. Posez-vous cette question : «Qu’est-ce que je penserais si j’échangeais ma place avec l’autre personne?».

    2. Appliquer la règle «Soyez-humain» dans vos rapports avec les autres. Demandez-vous : «Quelle est la façon la plus humaine de gérer cette situation?» Dans tout ce que vous faites, montrez que vous faites passer les autres personnes en premier. Donnez aux autres le genre de traitement que vous désirez recevoir. Vous en serez récompensé.

    3. Pensez à améliorer tout ce que vous faites. Avec le temps nous avons tendance à devenir des copies carbone de nos chefs. Soyez sûr que le maître vaut la peine d’être dupliqué.

    4. Prenez du temps pour réfléchir. La solitude est payante. Utilisez-la pour libérer votre puissance créatrice. Utilisez-la pour trouver des solutions à des problèmes personnels et professionnels. Passez un peu de temps seuls chaque jour juste pour réfléchir.

     

    CLIQUEZ CI-DESSOUS SI VOUS DÉSIREZ ACQUÉRIR CE LIVRE!

     

     

    Articles similaires:

    • Pas d'articles similaires

  • 3 types de compétences à intégrer dans votre vie en 2017!

    acquérir des nouvelles compétences

     

    Nous avons tous été dotés de différents types de compétences. Parmi ces compétences, certaines sont juste nécessaires à notre survie de base, tandis que d’autres sont destinées à améliorer notre personnalité d’une manière ou d’une autre. Prenons un exemple: Si vous avez reçu un talent pour chanter et que vous êtes devenu plus tard un chanteur professionnel, alors cette compétence est nécessaire pour votre subsistance, votre survie. Cependant, je ne parlerai pas ici de ces compétences de base qui nous permettent d’assurer l’essentiel, de faire bouillir la marmite. La vie dans son essence est bien plus que la survie, Chaque jour on doit avoir en tête qu’on doit progresser, s’améliorer. Dans cet article, je voudrai vous parler de 3 compétences que j’ai jugé importante et qui pourrait améliorer votre personnalité.

    1- SE SOUVENIR DES NOMS DES PERSONNES, DES NOMS DES LIEUX ETC…

    se rappeler des gens

    Une bonne mémoire est un grand cadeau, mais si vous n’avez pas reçu ce don déjà, vous ne devez pas désespérer. Il existe plusieurs façons d’améliorer votre mémoire. Si par exemple vous êtes entrain de lire vos courriels et que le téléphone sonne, arrêtez de lire et écoutez ce que la personne dit. Autrement vous puiserez dans le même bassin de ressources( verbales dans ce cas), que vous assécherez rapidement.

    Vous avez peut-être déjà répété un numéro de téléphone plusieurs fois avant de vous en souvenir plus tard. Cette méthode peut servir à consolider les informations. Une autre méthode consiste à écrire l’information en plus de la répéter. En écrivant l’information à retenir, vous récapitulez et, plus vous récapitulez, meilleures seront vos chances de vous en souvenir.

    Si vous êtes en mesure de vous rappeler les noms des gens, alors cela pourra contribuer à améliorer votre réputation! Lorsque vous rencontrez soudain quelqu’un dans la rue et que vous êtes capable de vous rappeler qui il est, cela pourrait signifier beaucoup pour lui. Il le prendra vraiment avec beaucoup de chaleur, et qui sait quelles sont les opportunités qui pourraient en découler.

    2- LIRE DANS L’ESPRIT DES GENS

    lire dans l'esprit des gens

    Il est très important que vous puissiez lire dans l’esprit des gens. C’est une grande compétence parce que quand vous savez ce qui se passe dans l’esprit de quelqu’un, vous pouvez réagir en conséquence et vous pouvez réellement planifier des choses qui peuvent vous être utiles. Par exemple, si une perspective d’affaires est sur le point d’échouer avec un promoteur et que vous parvenez à discerner cela dans son esprit, alors vous pouvez immédiatement faire quelque chose pour que la personne reste toujours motivée. Vous Savez, vous pouvez sauver votre entreprise en étant capable de lire dans le cœur des gens. Cela peut aussi vous aider à sauver une relation. Vous ne vous imaginez peut-être pas à quel point cette compétence peut vous aider lorsque vous l’avez intégré dans votre vie, essayez seulement et vous verrez.

    Je vous livre ici quelques pistes qui pourraient vous aider:

    ? Le langage corporel: Celui-ci est une indication claire de ce que l’on pense. Si par exemple une personne a le front plissé, cela est un indice de stress. La manière dont il/elle se tient, s’assoit ou se positionne est également révélateur.

    ? Observer son souffle: Comment respire t-il? si quelqu’un respire par la poitrine, cela signifie qu’il est détendu. Si sa respiration est peu profonde, alors il est tendu. Si vous voulez connaître l’état mental de quelqu’un, surveillez son souffle. Si sa respiration est saccadée, il sera plus susceptible d’être nerveux, ce qui signifie qu’il y a quelque chose qu’il ne veut pas que vous sachiez. La raison peut être la timidité, l’anxiété, ou qu’il vous cache quelque chose. S’il respire par le ventre, ce qui signifie probablement qu’il est sincère.

    ? Lire dans ses yeux: Les yeux peuvent aussi être révélateurs. On dit que la pupille est le portail de l’esprit. Certaines études ont montré que lorsque l’on pense beaucoup, les pupilles se dilatent, et lorsque le cerveau est trop surchargé d’informations, curieusement les pupilles se contractent. Aussi, lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois ses pupilles se dilatent. Si celles-ci se dilatent et se contractent aussitôt, cela signifie que vous ne l’intéressez pas plus que ça. Si elles restent dilatées, cela signifie que cette personne est ravie de vous rencontrer.

    ? Ecoutez le ton de la voix, pas les mots: On dit souvent qu’il faut prêter attention à l’esprit qu’il y a derrière les mots qu’une personne prononce. En effet, le ton de la voix est un bon indicateur de l’esprit de la personne à qui vous avez à faire ainsi que la vitesse à travers les mots sont transmis. Si les mots sont lents, cela signifie que la personne est calme, s’ils sont rapides, cela montre de la nervosité. En général les mots ont peu d’importance par rapport à l’énergie qui les alimentent.

    3- CAPACITÉ DE RECONNAÎTRE LE TALENT

     

     

    reconnaître le talent

    Très peu de gens sont dotés de cette compétence. mais Elle peut certainement être développée par l’expérience. Lorsque vous rencontrez quelqu’un, cette compétence peut vous aider à évaluer son potentiel. Vous pouvez «voir» ce qu’il serait capable de réaliser, et cela peut vous aider énormément lorsque vous êtes un chef d’entreprise.

    Ces trois compétences sont incontournables pour améliorer votre personnalité.Vous ne verrez peut-être pas les bénéfices dans l’immédiat, et d’ailleurs, vous pouvez même vous passez d’elles. Mais si seulement vous prenez la décision d’ajouter ces compétences dans votre vie, elles feront parti intégrante de votre être et vous serez en mesure de faire mieux dans la vie à bien des égards. Travaillez seulement sur ça et vous verrez la différence!

    Articles similaires:

    • Pas d'articles similaires

  • Pourquoi préférez-vous rester dans votre zone de confort même si c’est défavorable?

    sortir de sa zone de confort

    Aujourd’hui j’aimerai vous parler de la zone de confort, cette prison dorée qu’on a cherché depuis longtemps et dans laquelle on se trouve faussement à l’aise, car une fois à l’intérieur, elle nous bride et nous empêche de continuer notre croissance et notre épanouissement. En effet, les gens en général préfèrent rester dans leur zone de confort même si le statu-quo est sous-optimal. C’est une zone qui garantie leur sécurité tout en étant une des causes de leur souffrance et leur malheur.

    Prenons un exemple: Vous cherchez du travail depuis longtemps, voilà qu’une opportunité d’emploi s’offre à vous, vous n’allez pas déposer votre dossier pour postuler parce que une fois atteinte, la tentation de considérer votre zone de confort comme acquise et de ne plus vouloir vous en séparer est grande.

    Lorsque vous observez un individu qui a 45 ans, c’est une personne qui a traversé des épreuves, a acquis de l’expérience, et ça zone de confort lui indique qu’il a bravé toutes les épreuves, par conséquent, si vous lui demandez d’envisager autre chose que ce qu’il a fait jusqu’à présent, il sera saisi d’angoisses car sa zone de confort va percevoir un danger. En effet, tout le monde connait ce qui se situe à l’intérieur de sa zone de confort et non ce qui se situe en dehors de celle-ci.

    Pour bien comprendre ce que je dis, nous allons étudier deux concepts venant de la finance comportementale de Daniel Kahneman, psychologue et économiste américano-israélien et d’Amos Tversky expert en psychologie mathématique,  mais que je vais appliquer à la zone de confort: L’aversion à la perte et l’aversion au risque.

    L’AVERSION Â LA PERTE

    Tout d’abord, il faut savoir que Daniel Kahneman et Amos Tversky ont été les premiers à démontrer que les gens ont une aversion à la perte et une aversion au risque. En effet, dans leurs travaux, ils font référence au fait que la souffrance associée à la perte est beaucoup plus forte que le plaisir associé au gain. L’aversion à la perte a un grand impact dans les processus de décision de notre existence. Elle est notamment la conséquence de nombreuses mauvaises décisions, mais surtout de notre maintien dans la zone de confort.

    Illustrons cela à l’aide d’un exemple:  Vous faites un pari avec un ami et vous lui dites ceci: Parmi les 25 cartes que je te présente, si tu trouves l’As de coeur tu gagnes 100 $, si tu ne le trouves pas c’est toi qui me donnes 100 $. La plupart des gens ne vont pas accepter. Vous avez donc 1 chance sur 25 de gagner 100 $ et 1 chance sur 25 de perdre 100 $. En général les gens acceptent le défi dès que le gain est 1 fois et demi ou deux fois plus important que la perte. Donc, s’ils ont 1 chance sur 25 de perdre 100 $ et 1 chance et demi à 2 fois plus de chance de gagner 150 $ jusqu’à 200 $ c’est à partir de ce point là que la majorité des gens vont accepter le défi.

    Au regard de ce que nous venons de dire, revenons maintenant à la zone de confort. Les gens préfèrent rester dans leur zone de confort car ils la connaissent, c’est un endroit sécurisé pour eux. Sortir de votre zone de confort implique un risque car vous ne savez pas ce qui vous attend dehors, vous avez le sentiment que vous risquez de perdre tout ce qui se situe dans votre zone de confort, voir pire. Le problème ne serait pas trop grave si cet arrêt à la zone de confort n’empêchait pas votre évolution, malheureusement c’est le contraire, cette zone de confort est trop souvent synonyme d’évolution, et c’est ça le coté négatif. C’est de là d’où vient l’aversion à la perte, on a peur de perdre ce que l’on possède déjà, et l’aversion au risque, c’est à dire qu’on a peur de prendre le risque.

    L’AVERSION AU RISQUE

    On peut dire que c’est la même chose pour la simple raison que les deux nous poussent à rester dans notre zone de confort. L’aversion au risque est un comportement qui nous pousse à hésiter. Il s’agit d’une notion subjective qui diffère des individus. Elle peut inciter des personnes à investir dans des valeurs à faible rendement car le risque de perdre est faible.

    Prenons l’exemple d’un père de famille: Celui-ci a la responsabilité de sa famille et hésite à investir sur des valeurs risquées car il a peur de mettre en péril sa famille. Ici, l’aversion au risque est totalement légitime car il permet de prendre des décisions de manière raisonnable.

    Prenons encore un autre exemple: En général ce sont les hommes qui courent après les femmes et ce sont les femmes qui à la fin décident si oui ou non elles vont s’accoupler avec un homme, et les concepts d’aversion à la perte et d’aversion au risque peuvent partiellement expliquer ce phénomène. D’un point de vue évolutionniste, l’accouplement entre un homme et une femme contient un plus grand risque pour la femme que pour l’homme. En effet, l’investissement de l’homme consiste à mettre la femme enceinte, mais le risque chez la femme cependant est beaucoup plus grand, si elle tombe enceinte, elle doit porter l’enfant pendant neuf mois, elle doit accoucher, ensuite elle doit s’occuper de l’enfant, l’élever…..C’est un investissement gros et risqué pour elle. Donc comprenez bien que les femmes en général avant de faire un enfant avec un homme s’assure bien que le partenaire sera à la hauteur du risque qu’elle prend. C’est à dire un homme stable qui va rester avec elle, l’aidera à élever l’enfant et qui l’épousera plus tard. Ceci est l’équivalent du gain qui doit être 2 fois supérieur à la perte pour passer au delà de l’aversion au risque.

    L’être humain est ainsi fait qu’il a l’habitude de s’arrêter à une certaine routine et qu’il présente une aversion pour le risque. La démarche d’entreprendre est perçue comme risquée car on remplace un avenir certain par un avenir incertain. Surmonter cette aversion est cependant nécessaire pour que chacun puisse révéler son potentiel et évoluer à un autre niveau.

    Il se peut que vous rencontriez un nouvel amour qui vous remplisse de joie mais qui, à la fois, vous effraye, car vous vous trouvez dans une zone de confort depuis très longtemps avec une autre personne qui ne vous rend pas heureux.

    Il se peut également qu’un nouveau travail bien mieux que celui que vous avez actuellement vous fasse peur pour différentes raisons. Cependant, vous êtes habitué à ce travail, vous êtes à l’aise et il n’implique aucun nouveau challenge.

    Mais alors, qu’il y a-t-il de mal dans la zone de confort si l’on s’y plaît ? Pourtant sans vous en rendre compte, cette zone de confort forme autour de vous une sorte de prison dorée.

    Ne soyez pas de ceux qui à un moment de leur vie se demande: «et si j’avais fait cette chose que j’avais tant envie de faire ? Et si j’avais décidé de choisir ce nouveau travail ou de me lancer dans cette nouvelle relation ?» Que des regrets et de l’amertume!!

     

    Enfin, retenez que notre zone de confort nous permet d’évoluer dans un environnement connu. Cela nous donne un grand sentiment de sécurité sans prise de risque. Nos habitudes, nos savoirs faire, nos connaissances, notre façon de réagir et notre comportement sont intrinsèquement liés à notre zone de confort.

    Aux abords de notre zone de confort, nous avons notre  zone d’apprentissage. L’expérimentation et l’observation notamment en font partie. Graviter dans cette zone est pour certains passionnant tandis que pour d’autres, il s’agira d’une situation stressante.

    Rassurez-vous ! Au début, quitter sa zone de confort est stressant à divers degrés certes, pour tout le monde. Mais avec l’habitude, cela devient un état d’esprit et le stress disparaît. La récompense, elle, apparaît quand vous mesurez ce que vous avez été capable de réaliser.

     

     

    Articles similaires:

    • Pas d'articles similaires

  • Comment vivre avec une personne introvertie?

    personnalité introvertie

    Aujourd’hui j’aimerai vous parler des personnes ayant une personnalité introvertie. Imaginez un seul instant que vous vivez avec une personne gentille, adorable, tolérante et d’une grande finesse d’esprit. Cette personne aime beaucoup la solitude et le calme. Lorsque vous vous retrouvez dans un endroit où il y a beaucoup de monde, elle est un peu paniquée contrairement à vous qui une fois dans la pièce se sent comme un poisson dans l’eau, cependant vous ressentez ça mais pas les autres.

    Au beau milieu de tout ce monde, elle préfère rester à vos côtés au lieu de chercher à
    nouer de nouvelles relations. si elle se déplace dans la salle et repère un ami proche, elle va discuter au calme avec lui et aura le sentiment d’apprivoiser les lieux et se sentir d’attaque pour entamer des conversations avec un groupe d’invités qu’elle ne connaît pas. Mais au bout de quelque temps, elle commence à s’ennuyer et trouve qu’elle n’a plus rien à dire, que ces conversations ne l’intéressent plus, et finalement elle vient vous dire qu’elle a envie de rentrer.

    Au fond d’elle-même elle culpabilise de ne pas être sociable. Elle s’en veut beaucoup et devient même irritable. Une fois rendu à la maison, elle est soulagée car elle a retrouvé le calme de sa demeure qui est à l’opposé du bruit qui dérangeait sa tranquillité d’esprit et des regards innocents mais accusateurs dirigés sur elle par les invités.

    Si vous vivez avec une telle personne, il y a de fortes chances qu’elle est un caractère introvertie. Mais il y a une bonne nouvelle, il est tout à fait possible de vivre avec une telle personnalité et c’est ce que je vais vous montrer dans la suite de l’article. Lire la suite  Post ID 2267

    Articles similaires:

    • Pas d'articles similaires


Bienvenue sur Profil Gagnant!! Abonnez-vous à la newsletter en entrant simplement votre prénom et votre email ici et recevez 2 ebooks gratuits ainsi que des publications régulières de Profil Gagnant

  • Bâtir une nouvelle mentalité pour les affaires
  • 4 étapes simples pour rester serein en gérant les personnes difficiles
  • Publications, vidéos, podcasts et des surprises...